Actualités

Accueil >Actualités>50 ans après : la gare de Grenoble

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Grenoble, 50 ans après les Jeux Olympiques de 1968

JO de Grenoble

50 ans après : la gare de Grenoble

La gare de Grenoble a été construite à l’époque des JO pour renforcer l’offre ferroviaire, et accueillir comme il se doit les voyageurs olympiques. Son « ancêtre » date de 1858. Situé à l’emplacement de l’actuelle gare routière, il a été démoli au profit de la gare « moderne » que nous connaissons aujourd’hui.

Le bâtiment s’étend sur 153 mètres de long, et 17,2 mètres de large, le tout sur une hauteur de 10,3 mètres. L’ensemble articule une ossature métallique avec une infrastructure en béton armé, et une façade vitrée. Après les Jeux, certains quais ont été supprimés, et la gare est devenue un équipement ferroviaire dimensionné pour la ville.

La réalisation de cette gare s’est assortie du déplacement de la ligne de chemin de fer à 2,5 km plus au sud, selon les préconisations de l’architecte-urbaniste Henry Bernard, nommé à l’époque pour élaborer un plan d’aménagement d’ensemble de Grenoble et de ses communes environnantes. Il reprochait au tracé d’origine qui sillonnait en ville de couper celle-ci en deux, et de bloquer la circulation urbaine.

Pour profiter pleinement de cet outil, cliquez sur le curseur blanc au milieu de l’image et glissez-le de gauche à droite tout en maintenant le bouton de clic enfoncé.


Comme pour la plupart des équipements olympiques, les travaux se déroulèrent en un temps record : démarré en avril 1966, la gare et son réseau renforcé étaient opérationnels début 1968. Les entreprises eurent recours à des procédés modernes de préfabrication des pièces composant l’équipement.

En 1986, l’arrivée de la gare routière et de la ligne de tramway transforment le lieu en un pôle multimodal. De 2014 à 2017, un vaste chantier de rénovation y a apporté un voile de modernité : celle de notre époque.