Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Aide aux réfugiés : la plateforme de coordination est en place

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Grenoble, terre d'accueil

Aide aux réfugiés : la plateforme de coordination est en place

La Ville de Grenoble a annoncé en septembre 2015 son intention de participer au réseau des villes solidaires, en ouvrant une plateforme de coordination d’aide aux réfugiés. C’est chose faite. Cet outil permet de coordonner les actions des habitants volontaires, du monde associatif et des mouvements caritatifs pour aider les migrants de Grenoble et des villes proches. Elle permet, très concrètement, de mettre en relation les nombreuses propositions d’aide issues des habitants, en lien avec le CCAS et les associations dédiées.

Il y a bien des manières d’apporter une aide aux migrants en fonction de ses compétences et de ses disponibilités : donner de son temps pour accompagner les familles, apporter une aide juridique et morale à des réfugiés dans leurs démarches, proposer des services de traduction, donner des cours d’alphabétisation, s’engager dans un parrainage républicain, proposer un accueil ponctuel pour des activités, etc.

Grenoble terre d'accueil

 

La plateforme de coordination rassemble les informations et propose des services pour accompagner les citoyens qui souhaitent agir.

 

Les associations qui agissent dans ce domaine sont là pour apporter un accompagnement et des conseils supplémentaires. On compte déjà plus de 400 propositions citoyennes (logement, aide au quotidien, accompagnement, dons…) et plus de 40 hébergements effectifs solidaires (de courte ou longue durée) sur Grenoble. L’accueil peut se faire pour un week-end, des vacances, ou par le prêt d’un espace inoccupé, studio, appartement, chambre…

En gros, comment faire ? Pour proposer son aide, il suffit de contacter la Plateforme et de répondre aux questions posées : les réponses seront transmises aux associations qui feront ensuite le relais avec des personnes dans le besoin. Une charte d’accueil est proposée par les associations qui font le suivi.

La Plateforme de coordination est hébergée à la Maison de l’international- Maison des citoyens du monde.

On peut la contacter :

Accueil de migrants : le rôle des associations

La Ville, avec Grenoble Alpes Métropole, mène un travail de fond avec les associations spécialisées, afin de coordonner l’action de solidarité de citoyens Grenoblois.

La plupart des associations sont membres de collectifs locaux ou nationaux :

  • Migrants en Isère, regroupe une quinzaine d’associations, dont ADA (Accueil demandeurs d’asile), APARDAP (Association de PArrainage Républicain des Demandeurs d’Asile et de Protection), La Cimade
  • Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (CISEM), dont le Centre d’information Inter peuples (CIIP)…
  • D’autres associations de défense et d’appui aux migrants sur le territoire, dont l’ODTI (Observatoire des discriminations et des territoires interculturels), ADATE, Forum Réfugiés, RESF 38 (réseau éducation sans frontière), ACIP-ASADO, Humacoop (formations pour l’humanitaire et la coopération) et la COMUE de l’Université Grenoble Alpes, ainsi que plusieurs collectifs naissants en Isère.

Les commentaires (3)

Commentaire de garcia le 23 juillet 2017 à 12 h 12 min

BONJOUR il y a un couple jeune avec 2 enfants qui font la manche .sous la chaleur entre é circulations de voiture au bout de l avenue qui passe devant la mairie de Grenoble .je leur apporte de l eau des dates etc la maman m a dit dormir a l hotel et etre d origine syrienne . moi ce qui m inquiete encore plus ce sont les enfants a la chaleur au bord de la route que peut on faire?

Lire la suite >

Commentaire de Pages le 13 septembre 2017 à 7 h 34 min

Je m’inquiète également pour la même famille. Je leur ai apporté une couverture et qq vêtements d’hiver. Si ils sont à l’hôtel, ils sont peut être inscrit sur une liste de demandeur d’asile….ou faut il leur conseiller d’aller ? Préfecture? Maison internationale????

Lire la suite >

Commentaire de ALEX le 11 octobre 2017 à 8 h 04 min

Bonjour,

Hier soir je revenais en car sur Echirolles. Il était 20h et il y avait encore une famille avec une petite fille au carrefour de l’avenue qui passe devant grand Place. Ca me révolte. Ce n’est pas juste. Les enfants ont droit à l’éducation,à la sécurité, aux soins. ..Toute la journée dans les échappements des voitures… Est-ce une nouvelle façon de faire la manche où une famille en détresse réelle. Que peut-on faire au moins pour les enfants?

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

1er décembre : journée mondiale de lutte contre le sida

La piétonnisation prend ses quartiers

Osez tout demander sur le budget de la Ville !