Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Lutter naturellement contre les insectes nuisibles

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2017

Lutter naturellement contre les insectes nuisibles

Au total, 500 nichoirs à chauve-souris, mésange bleue et hirondelles vont être installés partout dans la ville pour lutter contre le moustique tigre, les chenilles processionnaires du pin et la pyrale du buis. Ce projet, porté par Ingrid Szalay et Gilles Namur, a remporté le plus de voix au budget participatif de 2017.

Ingrid Szalay et Gilles Namur sont passionnés par ce projet. © Sylvain Frappat

Habitants de l’Île Verte, Ingrid et Gilles ont remarqué la prolifération de moustiques tigre, en particulier autour du cimetière Saint-Roch. Sensibilisés à l’écologie, les deux porteurs de projet se sont rejoint sur l’idée de lutter naturellement contre ces insectes nuisibles.

En lien avec la LPO Isère (Ligue de Protection des Oiseaux), Ingrid et Gilles ont monté le projet d’installation de nichoirs à chauve-souris, chasseuses de moustiques tigre.

Réduire la population de nuisibles

Lauréats de l’édition 2017 du budget participatif, ils ont choisi d’étendre le projet aux mésanges et aux hirondelles bleues pour lutter contre la prolifération de la chenille processionnaire du pin et de la pyrale du buis. Les espèces choisies interviennent à différentes périodes de l’année et à différents stades (larves, chenilles, papillons).

« Le but est de lutter naturellement contre les nuisibles », explique Ingrid qui oeuvre depuis une vingtaine d’années dans des association de lutte pour l’environnement. « Il ne s’agit pas de les supprimer totalement, car chacun a sa place dans l’écosystème, mais de réguler leur population. »

Les deux écologistes assurent qu’il s’agit d’un projet commun pour l’intérêt général qui n’a aucun impact négatif sur la vie des Grenoblois, au contraire.

Gilles ajoute :

Il existe un déséquilibre par rapport à notre manière de consommer et de vivre. On sait que la biodiversité diminue dans les villes. Ces nichoirs sont une solution naturelle contre la prolifération de ces nuisibles et la diminution du nombre d’oiseaux, notamment dus au réchauffement climatique.

500 nichoirs à installer

L’action contre les moustiques tigres a été le catalyseur des personnes qui ont voté pour ce projet en 2017 à la Ruche aux projets. « Depuis, les gens sont très enthousiastes », raconte Gilles.

Le projet, qui prévoit l’installation de 500 nichoirs sur l’ensemble de la ville, a donc naturellement évolué vers une forme nettement plus participative. Accompagné par des spécialistes de la LPO, les deux porteurs de projet organisent régulièrement des ateliers de fabrication et de pose de nichoirs.

Les kits permettent de construire les différents nichoirs facilement. © Jean-Sébastien Faure

A chaque fois, une vingtaine de personnes y participe. En l’espace de huit ateliers, 150 nichoirs ont été fabriqués à partir de kits.

Des ateliers participatifs

Samedi 8 décembre, une vingtaine de nichoirs différents a été posée devant la MNEI (Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère) et sur le site du Bastion. A chaque atelier, les participants reçoivent une fiche d’informations pour réaliser un nouveau nichoir, à refaire chez soi.

Après l’installation de ces nichoirs, il faudra attendre trois ans pour constater l’installation ou non de l’espèce visée. La LPO Isère suit le projet de près et assure le suivi des nichoirs et de l’impact sur l’environnement.

Ingrid Szalay et Gilles Namur sont très enthousiastes à l’idée de continuer le projet :

On est contents de cette mise en oeuvre, car on est très sensibles au côté participatif. En faisant ces ateliers, on rencontre les habitants, on parle du projet et du budget participatif qui permet de participer à l’amélioration de sa ville.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.facebook.com/Projet.ChauvesSouris/
courrielhttps://twitter.com/chauves_souris?lang=fr
courriel projet.chauvesouris@gmail.com

Les commentaires (1)

Commentaire de FEUTREN JEANNIE le 7 janvier 2019 à 15 h 08 min

Génial,je fais suivre!

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Tous, sans distinction

Grenoble Citybook : l’idée futée

Le numérique au service des transitions