Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Hyper-centre : seize chaises fixes dans les rues piétonnes

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2017

Hyper-centre : seize chaises fixes dans les rues piétonnes

Depuis le mois de janvier 2018, une vingtaine de chaises fixes ont été installées dans les rues piétonnes de l’hyper-centre de Grenoble. Hélène Schricke a porté ce projet lors du budget participatif de 2017 pour permettre aux promeneurs de s’asseoir un instant et pour que le centre-ville ne soit pas seulement un lieu de passage.

« Au budget participatif, on donne les moyens de pouvoir exprimer des idées et de les conduire jusqu’au bout à des gens habituellement pas impliqués dans la vie municipale », explique Hélène Schricke, porteuse du projet. ©Auriane Poillet

L’idée a émergé dans l’esprit d’Hélène Schricke, habitante de l’hyper-centre, lorsqu’elle se baladait dans les rues piétonnes avec des personnes à mobilité réduite.

« C’est parti de rien au départ », raconte-t-elle. « Je devais attendre un taxi dans la rue très tôt le matin et il n’y avait pas d’endroit où s’asseoir. » Peu après, elle découvre l’appel à projet au budget participatif sur les réseaux sociaux.

Seize chaises fixes dans l’hyper-centre

Elle dépose alors son dossier. « Je suis donc rentrée dans le processus, et échanger, discuter avec les autres participants et défendre mon projet m’a beaucoup plu », explique Hélène Schricke, d’origine lilloise qui a vu en Grenoble une « ville d’adoption ».

Le but du projet était de rendre le centre-ville plus propice à la détente. Elle indique :

L’installation de ces chaises faisait partie de l’idée de contribuer à transformer les rues piétonnes en un endroit où l’on peut se poser tout en évitant le squat. Le but était de ne plus les voir seulement comme un endroit de passage où l’on passe de magasin en magasin.

En février 2018, seize chaises ont donc été installées dans les rues piétonnes de l’hyper-centre. Les contraintes du centre-ville, comme la circulation des livreurs ou les réseaux souterrains, ont en partie guidé les emplacements des chaises.

Installées par groupe de deux ou de trois

Principalement situées à l’ombre, on en trouve aujourd’hui par groupe de deux ou de trois dans les rues Saint-Jacques, Sault et Félix Poulat ainsi que sur les places Claveyson et Saint-André.

Au total, 16 chaises ont été installées dans les rues piétonnes de l’hyper-centre de Grenoble, comme ici, à proximité de l’arrêt de tram Hubert Dubedout. ©Auriane Poillet

« J’aime bien le principe des chaises installées côte à côte, car c’est plus sympa pour discuter », développe Hélène Schricke. « Je suis assez contente, car les chaises que j’imaginais correspondent à la réalisation et qu’elle sont assez utilisées. » Le seul bémol concerne deux chaises situées sur la place Saint-André qui devront être déplacées pour laisser la place à une terrasse commerciale.

Trois mois après l’installation des chaises en centre-ville, Hélène Schricke analyse :

Je pense qu’il y aurait encore des possibilités pour améliorer les rues piétonnes, notamment en terme de mobilier urbain. Réaliser ce projet m’a fait plaisir, car c’est valorisant de faire quelque chose pour les gens et de rendre service.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Justine Jarnias : « Utiliser le vélo est un choix éthique »

Berges de l’Isère : une passerelle pour les joggeurs