Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Cycle Urbain : « Le triporteur a toute sa place dans la ville »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Se déplacer à vélo : ils en ont fait leur métier

Entrepreneur-es... à vélo !

Cycle Urbain : « Le triporteur a toute sa place dans la ville »

Sur un vélo équipé d’une banquette à l’arrière et d’un toit pour protéger des intempéries, Cécile Jayet combine trois métier en un : le transport de personnes, le transport de marchandises et l’affichage publicitaire.

« J’ai longtemps travaillé dans une équipe commerciale d’une société spécialisée dans le jouet », raconte Cécile Jayet. En septembre 2016, la Grenobloise a opéré un virage à 180 degrés en montant sa société Cycle Urbain :

« J’avais envie de créer mon entreprise, d’être mon propre patron et de tenter l’aventure avec un projet aligné avec mes valeurs. »

A 50 ans, elle parcourt désormais les rues de Grenoble à bord de son triporteur à assistance électrique.

Les triporteurs à assistance électrique de Cécile Jayet sont équipés d’un toit et de bâches sur les côtés pour protéger les passagers des intempéries. ©Alain Fischer

Cycle Urbain : un service de proximité

Confortablement assise sur son triporteur, elle propose un service de proximité aux Grenoblois et notamment aux plus fragiles, comme les enfants ou les personnes âgées.

« Toute une part de la population est vieillissante », explique Cécile Jayet qui se décrit comme une personne de nature bienveillante. « Les personnes âgées ont besoin d’une attention particulière, elles ont besoin de se déplacer et surtout d’être accompagnées ».

Un partenariat a été récemment mis en place avec la résidence autonomie Saint-Laurent afin de proposer des déplacements aux résidents pour les accompagner faire leurs courses ou se rendre en ville. Cécile Jayet et Gloria de « Mon coursier de quartier » assurent chacune un créneau hebdomadaire de deux heures pendant lesquels les résidents pourront faire appel à leurs services. Elle précise :

Le triporteur permet un accès rapide en ville grâce à son format adapté pour la circulation en centre-ville notamment car il est autorisé sur tous les types de route (pistes cyclables, voies de bus…). Il est particulièrement bien adapté au transport des personnes âgées puisque c’est un service sur-mesure, de la prise en charge à la dépose.

Le triporteur : un transport intermodal

Ce type de transport doux n’a pas vocation à concurrencer les autres modes de transport, mais plutôt de compléter l’offre existante. « Je me considère comme un transport intermodal, un maillon complémentaire du transport dans la ville », insiste la cycliste.

Le triporteur à assistance électrique est également adapté au transport de marchandise, puisqu’il peut effectuer facilement et rapidement des rotations dans la ville. Il transporte ainsi tous types de colis : des fleurs, du linge ou encore des repas.

« Le transport de marchandise prend de l’ampleur. Il est très intéressant pour les commerçants et les entreprises car c’est de plus en plus difficile de circuler à Grenoble », indique-t-elle.

Le cyclo taxi : un support de communication mobile

Et puisque les deux femmes se déplacent beaucoup à bord de leur triporteurs dans les rues de Grenoble, elles en ont profité pour proposer un support de communication mobile aux annonceurs. Cécile Jayet reste cohérente quant à ses valeurs écologiques :

L’affichage mobile est un vecteur de communication responsable, parce que l’on propose de communiquer sans nuisances sonores, sans pollution visuelle et sans impact sur l’environnement. Toutes ces activités sont bien la preuve que les triporteurs ont toute leur place dans la ville.

La cheffe d’entreprise pose un premier bilan après plus d’un an d’existence : « Je suis satisfaite d’être à la hauteur de mes attentes », sourit-elle. « Je pense qu’il y a vraiment de belles opportunités pour développer Cycle Urbain à Grenoble. »

Avec un vélo-cargo et deux triporteurs, Cécile Jayet s’est donné l’objectif d’étoffer sa flotte et de continuer sur cette voie, car la cycliste est convaincue que c’est la bonne.

informationRenseignements divers
courrielhttp://cycle-urbain.com/
courrielhttps://www.facebook.com/cycleurbaingrenoble/

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Mickaël Tenailleau, installe une ferme urbaine 100% bio

Cathy Nicolas, férue d’urban training

Florence Gombert-Meurice, passion pharaonique