Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Des lendemains en béton pour la tour Perret

projet

Des lendemains en béton pour la tour Perret

La vénérable n’a pas tout à fait cent ans, et plus tous ses encorbellements ! La tour Perret, phare grenoblois hérité de l’exposition internationale de 1925, mérite une copieuse restauration : la Ville vient d’en décider la mise en œuvre.

Jeudi 09 juillet 2009 Illumination tour perret © JM Francillon / Ville de Grenoble 2009

La tour Perret est un symbole à plusieurs titres. Première tour en béton armé d’Europe, la plus haute avec ses 95 mètres pointe comprise, elle fut construite par les frères Auguste et Gustave Perret pour accueillir la grande exposition de 1925 de la Houille blanche et du tourisme, et son million de visiteurs. Elle est un jalon de l’innovation à la grenobloise, un exemple unique de l’architecture d’avant-guerre dans notre région, classée Monument historique et labellisée Patrimoine du XXe siècle.

Oui, mais voilà : la tour, construite pour être éphémère (NDLR : un lecteur attentif a apporté un correctif à ce propos, lire le commentaire ci-dessous) comme tous les autres bâtiments de l’Exposition, n’a pas bien supporté les outrages du temps. Les premières grosses dégradations de son béton ont été constatées dès 1950 et ont fait l’objet de réparations en 1952, puis en 1987. Mais pas suffisantes : si les études menées en 2004 et 2012 ont affirmé la bonne stabilité de l’ouvrage, fermé au public depuis 1960, elles confirment la nécessité d’engager rapidement la restauration des bétons pour éviter une dégradation irréversible.

En votant l’engagement du projet de réhabilitation de la tour Perret au conseil municipal de novembre 2016, la Ville vient d’initier la mise en œuvre de cette restauration. Mobilisation des partenaires financiers publics et privés (subventions institutionnelles mais aussi mécénat d’entreprise), lancement d’une souscription populaire, animations sur le thème de la tour et de son futur usage, création de partenariats scientifiques et culturels… le chantier qui s’ouvre va aborder des questions à la fois techniques, financières et culturelles.

vendredi 7 octobre 2016 Tour Perret. Sylvain Frappat - Ville de Grenoble 2016

L’intérieur de la tour, qui ne se visite plus depuis 1960 pour des raisons de sécurité.

Les commentaires (1)

Commentaire de CA le 4 janvier 2017 à 11 h 32 min

Bonjour,
merci pour cette information dont le sujet fait enfin de plus en plus l’actualité.
Néanmoins, la tour Perret n’a pas été bâtie pour être éphémère, loin de là.
C’est une légende urbaine qui a servi à justifier son mauvais état (dû a un manque d’entretien). Légende calquée sur l’histoire de la tour Eiffel bâtie, elle, en acier, afin de pouvoir être démontée (comme toutes les autres constructions en acier des expositions internationales en général, car l’acier s’il est cher, il se démonte et se revend).
La tour et le palais du tourisme (démoli en 1967) de Grenoble sont en béton armé, matériau qui ne peut pas se démonter ni se revendre et qui est considéré comme un « matériau de durée » ; c’est bien spécifié par le Comité d’organisation lors du lancement du concours de la Tour et aussi lors de la réception des travaux (archives, Ville de Grenoble).
Du reste, à cette époque, les entrepreneurs et les industriels de béton armé étaient extrêmement soucieux de la qualité de leurs constructions, surtout les Perret. C’était un secteur d’activité nouveau et porteur qu’il ne fallait surtout pas décrédibiliser.
Bonne journée
Cédric Avenier, membre du Comité scientifique Tour Perret

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Une bibliothèque pour toute la famille

Esplanade : l’avenir se précise !

Une Fête des possibles pour partager les initiatives