Découvertes

Accueil >Découvertes>Fête des Tuiles : ambiances

Le cours est à nous !

Fête des Tuiles : ambiances

Dans l’après midi la foule a peu à peu envahi le cours, hésitant entre le soleil et l’ombre, les jeux d’adresse, les cours de danse endiablés, les parties de ballon… Elle s’est posée aux terrasses des cafés, s’est appropriée l’herbe du tramway, est lentement remontée vers le sud, à la rencontre du défilé. Les géants sont arrivés les premiers, magnifiques tous les quatre, puis les tambours, puis les femmes en costumes recyclés, incroyables, et les danseurs… Un défilé qui a duré presque deux heures dans la bonne humeur d’une fin d’après midi rendu à la marche, aux rires et aux familles.

Alors on a sorti les tables pour le pique nique commun en attendant les bals du soir. Mais l’orage s’est invité, et seule la scène électro, abritée sous l’Estacade, a pu faire vibrer la nuit. Dommage, car la fête avait rempli ses promesses.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 42 images

informationRenseignements divers
téléphone

Pièces jointes:

Vos commentaires

Commentaire de dodiblog le 7 juin 2015 à 17 h 05 min

Un excellent résumé par le magazine de la ville de Grenoble lui même : une fête qui a duré à peine 2 heures pour 150 000 euros. 75 000 euros de l’heure, qui dit mieux ?

Lire la suite >

Commentaire de Yves le 11 juin 2015 à 0 h 43 min

Toute une journée à déambuler par milliers au long des cours laissés libres aux enfants et aux adultes. Quoi qu’on pense de la mairie, la Fête des tuiles a bel et bien réveillé quelque chose de sympathique dans la ville et on sent que ça fait du bien. J’ai croisé des gens que je n’avais pas vu depuis longtemps, tout le monde souriait, les commerçants étaient contents (enfin !). L’année prochaine, j’y serai, avec des amis.

Lire la suite >

Commentaire de Donnerlieu le 13 juin 2015 à 12 h 59 min

Pour dodiblog : Si le budget vous pose question, et c’est une curiosité bien légitime, pourquoi ne pas demander à la Mairie de l’expliciter ? Ça m’intéresse aussi. Parce que s’en plaindre sans chercher à comprendre, c’est tout sauf légitime et constructif.
Et puis « à peine deux heures », c’est de la mauvaise foi.

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

A la recherche de la mystérieuse panthère des neiges