Vu sur le web

Accueil >Découvertes >Vu sur le web>Gabi : une websérie qui questionne les genres et la sexualité

égalité

Gabi : une websérie qui questionne les genres et la sexualité

Une nouvelle websérie grenobloise a récemment fait son apparition sur le web. C’est l’histoire de Gabi et Charlie, deux trentenaires célibataires, qui questionnent les clichés autour du genre et de la sexualité. Sa créatrice, Malika Ung, a lancé une campagne de financement participatif pour pouvoir rémunérer les deux acteurs principaux, issus de la troupe de théâtre La Troup’ment.

Le premier épisode de la websérie se déroule dans une laverie, rue Chenoise à Grenoble. ©Capture d’écran

Gabi, websérie grenobloise, commence à faire son apparition sur la plateforme de partage de vidéos Youtube. Deux épisodes sont déjà en ligne et cinq autres suivront.

Gabi : les genres, l’amour, la sexualité et les normes

Gabi, bisexuelle « qui se cherche un petit peu au niveau de la sexualité« , et son colocataire hipster, Charlie, sont deux trentenaires célibataires. L’héroïne de la série, un peu têtue, est « une femme forte à l’extérieur et sensible à l’intérieur« .

Charlie est plutôt féminin. « Il est hétérosexuel, mais tout le monde le prend pour un gay« , rigole l’auteure de la websérie Malika Ung.

Les deux personnages, interprétés par Rayane Kanuka et Charles Etienne Coly, issus de la troupe La Troup’ment – Théâtre du risque, se questionnent sur les genres, l’amour, la sexualité et les normes au fil des épisodes de sept minutes.

Rayane Kanuka et Malika Ung. © Auriane Poillet

Malika Ung explique sa démarche, inspirée de son vécu :

Je voulais évoquer les difficultés que l’on rencontre pour trouver quelqu’un lorsque l’on est bisexuel et parler des clichés, du sexisme ordinaire et montrer plus de diversité dans les fictions. C’est un peu tout ça que je voulais rassembler dans Gabi.

Deux épisodes déjà en ligne

Le premier épisode, déjà en ligne, montre les deux personnages principaux dans une laverie rue Chenoise à Grenoble. Les deux amis rencontrent une femme venue laver son linge au même moment.

Un débat s’installe alors entre Gabi et Charlie pour tenter de deviner l’orientation sexuelle de la jeune femme juste en observant son apparence. « D’après toi, goudou* ou pas goudou ?« , questionne Charlie en regardant la jeune femme. « Hétéro« , répond Gabi. « Elle est trop belle pour être lesbienne. »

Ce dialogue entre les deux protagonistes plonge le spectateur dans les questions de fond que Malika Ung voulait relever dès le premier épisode : entre clichés, sexisme et difficultés à trouver l’amour.

Le deuxième acte de la saison 1 met en scène les deux colocataires dans leur appartement pendant le petit déjeuner. Cette fois, les clichés relayés par les histoires de princes et de princesses dans les dessins animés sont passés au crible. Mais on ne vous en dit pas plus et on vous laisse découvrir la suite de l’histoire…

A noter sur sa tablette : la série sera projetée vendredi 16 mars à l’Ampérage à l’occasion de la clôture du festival Vues d’en face.

*Goudou est un mot d’argot pour désigner une femme homosexuelle.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.youtube.com/channel/UCFnI1MAZwaWWb3iprUwpSZA
courrielhttps://mobile.ulule.com/gabiwebserie/?lang=fr
courrielhttps://www.facebook.com/GABI-webserie-325749961202601/

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi