Découvertes

Accueil >Découvertes>Jean-Pierre Chambon : « Avoir une visibilité, ce n’est pas facile ! »

Printemps du livre

Jean-Pierre Chambon : « Avoir une visibilité, ce n’est pas facile ! »

Seul Grenoblois invité cette année au Printemps du livre, Jean-Pierre Chambon sera aussi le seul poète. Deux bonnes raisons de rencontrer l’auteur de « Tout venant », pour savoir ce qu’il nous réserve durant le festival, mais aussi comment il exerce son art dans la capitale du Dauphiné.

JP ChambonPourquoi une lecture de vos poèmes en musique ?

J’ai proposé une collaboration avec le percussionniste Alain Lafuente car la musique donne au texte une autre profondeur, une autre couleur… En général je fais des lectures toutes simples, mais avoir un complice c’est enthousiasmant ! D’autant que cette rencontre se déroulera au musée, un lieu que j’affectionne particulièrement et où je viens très souvent. Nous avons choisi une salle contemporaine, où l’on trouve des tableaux de Joan Mitchell que j’aime beaucoup, de Miro, Soulages…

Ce n’est pas votre première participation…

Non, j’avais déjà été invité il y a une dizaine d’années aux côtés de plusieurs poètes que je connaissais déjà, notamment Antoine Emaz, qui vit à Angers. On avait fait une lecture ensemble en Sologne et on s’était retrouvé par hasard au Printemps. Depuis nous avons conservé des liens. Il y avait aussi James Sacré et Sylvie Fabre, qui est grenobloise. Nous avions proposé plusieurs lectures croisées, c’est un excellent souvenir.

C’est difficile d’être poète à Grenoble ?

On peut écrire partout mais ce qui est difficile c’est la diffusion ! Les livres de poésie sont en général assez peu distribués et avoir une visibilité, ce n’est pas facile. A l’exception des bibliothèques, avec qui je fais régulièrement des lectures, il n’y a pas de lieux à Grenoble. La librairie Bonnes Nouvelles organisait souvent des rencontres avec des poètes et des auteurs de la région, mais elle a malheureusement fermé il y a cinq ans.

Ce serait bien qu’un café ou pourquoi pas le musée propose régulièrement des lectures de poésie, autour d’une œuvre par exemple…

Et pour trouver un éditeur ?

Il n’y a pas de maison d’édition de poésie à Grenoble, du coup on est obligé d’aller voir ailleurs. Chaque année en juin, je me rends à Paris au marché de la poésie à Saint-Sulpice, où la plupart des éditeurs de poésie ont un stand. C’est l’occasion de les rencontrer, de découvrir les ouvrages qu’ils éditent, de voir si je suis dans leur style…

C’est comme ça que vous avez trouvé votre éditeur actuel ?

Héros-Limite est un éditeur de Genève. Je l’ai connu par le biais d’une très bonne librairie grenobloise, Le Square, qui a un rayon de poésie très bien achalandé et que je fréquente assidument depuis que je suis au lycée !

Jean-Pierre Chambon au Printemps du livre

♥ Samedi 28 mars, à 10h30 au Petit Angle : cocktail d’inédit (Avec Jean-Pierre Chambon, Jean-Marie Chevrier, Sophie Divry et Olivia Rosenthal)

♥ Dimanche 29 mars, lecture musicale de « Tout venant », accompagné par Alain Lafuente.

Programme complet : printempsdulivre.bm-grenoble.fr

Les commentaires (1)

Commentaire de D'inca le 3 mars 2015 à 15 h 54 min

Petit rectificatif à ce bel entretien, Jean-Pierre Chambon n’est pas le seul poète invité au Printemps du livre cette année. Côté jeunesse David Dumortier sera également présent pour une lecture au musée dimanche 29 mars à 17h au Musée Salle de séminaire et Dominique Fabre qui vient au double titre de son roman (Photos volées – L’Olivier 2014) et de son recueil de poésie (Je t’emmènerai danser chez Lavorel – Fayard 2014) dont il lira quelques extraits dans une salle du musée (samedi 28 mars à 16h30).

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

« Et tout ce qui est faisable sera fait » : une création polyphonique et participative

« Nous avons donné un nouvel élan à Jeunes en montagne »

Grenoble, une synergie dans l’innovation