Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Le cairn : par ici la monnaie locale !

initiative

Le cairn : par ici la monnaie locale !

On a l’euro, Grenoble et 250 communes alentour aura aussi le cairn : une monnaie locale qui vient rajouter du sens à nos échanges avec les commerçants et producteurs du territoire. Tout savoir sur ces nouveaux billets, à faire circuler dès mi octobre !

 

L’idée du cairn est née en 2014, portée par une communauté de citoyens résolus à booster l’économie locale, dans un contexte dominé par les remous de la finance internationale. L’initiative du cairn a aussi été encouragée par la loi du 31 juillet 2014, destinée à favoriser l’économie sociale et solidaire, qui fournit une base légale aux monnaies locales.

L’espace s’étend de la plaine de Bièvre jusqu’au Trièves en passant par le Grésivaudan, la Matheysine et les différents massifs : Vercors, Chartreuse, Belledonne.

À son lancement, l’Association du cairn réunit des étudiants, des économistes et des commerçants.

Matthias Charre, coordinateur du collectif, explique :

« Nous voulons dynamiser l’économie de notre ville. Pour nous, la banque reste un maillon primordial de l’économie, car elle apporte de la sécurité et participe à la création de valeur grâce à l’emprunt. »

Aujourd’hui, à peine 3 % des échanges financiers proviendraient de l’économie réelle, tout le reste étant réalisé dans la sphère financière.

 

Les membres de l’association qui ont porté le projet du cairn.

À quoi ressemble le cairn ?

Six billets différents seront édités, de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cairns. Un soin particulier a été apporté aux visuels. Le thème retenu : la montagne dans tous ses états, depuis la plaine jusqu’aux cimes, avec des symboles forts représentatifs de l’économie locale, des loisirs et de la nature. L’idée est bien d’illustrer le bassin grenoblois dans sa diversité : c’est la monnaie d’un vaste territoire.

Où pourra-t-on payer avec ?

Le bassin de vie retenu pour la circulation du cairn représente une population d’environ 750 000 habitants. L’espace s’étend de la plaine de Bièvre jusqu’au Trièves en passant par le Grésivaudan, la Matheysine et les différents massifs : Vercors, Chartreuse, Belledonne. L’Oisans sera intégré à moyen terme.

Au total, ce sont 250 communes qui ont déjà accepté d’accueillir le cairn. C’est un espace suffisamment grand, riche d’une grande diversité d’acteurs et de métiers, pour assurer au cairn son bon fonctionnement.

Où et comment se procurer des cairns ?

On paiera avec auprès des commerces de proximité et des petites entreprises artisanales, chez les professions libérales et dans les associations qui souhaitent faire partie du réseau, dans les épiceries, les bars et restaurants, les salons de coiffure, chez son médecin, son plombier, son maraîcher, auprès des associations culturelles ou sportives, des festivals…

Des comptoirs de change vont être installés sur le territoire où circulera le cairn. Ce sont des commerçants de proximité qui ont accepté d’échanger les euros contre les cairns. Ces comptoirs seront désignés pour assurer un service harmonieux sur l’ensemble du territoire. Il y aura forcément un comptoir de change près de chez soi.

Le cairn, mode d’emploi

Pour utiliser le cairn, il faut adhérer à l’association qui le porte. Le tarif d’adhésion pour l’usager est libre et par paliers, avec un minimum de cinq euros, payables chaque année. Les commerçants versent en fonction de leur chiffre d’affaires de 60 à 360 euros par an ; une participation réduite de moitié pour les associations, établie selon leur budget.

Ensuite, toutes les structures où il est possible de payer en cairns préciseront qu’elles adhèrent au réseau. Le site Internet dédié affiche la carte actualisée des prestataires acceptant le cairn : www.cairn-monnaie.com. Le cairn rend ainsi plus visible tout ce qu’il est réellement possible d’acheter sur notre territoire plutôt qu’ailleurs.

Quel sera le cours du cairn ?

Le plus simple possible : 1 cairn = 1 euro. Les Grenoblois pourront l’utiliser de manière partielle, c’est-à-dire qu’ils pourront payer en partie en euros et en partie en cairns. On ne pourra pas donner un billet de 20 cairns pour un produit coûtant 18 cairns et recevoir 2 euros en échange : cela signifierait une reconversion déguisée. Soit le commerçant aura l’obligation de rendre la monnaie en cairns, soit le client fournira l’appoint en euros et cairns. Car il s’agit bien d’une monnaie complémentaire, et non pas alternative.

Une vingtaine de monnaies locales existent déjà en France. C’est un avantage pour le cairn, qui va s’inspirer des réussites et tenir compte des écueils rencontrés ailleurs pour conforter son avenir.

En ligne aussi ?

Dès janvier 2018, une application sur son smartphone permettra de régler ses achats de compte cairn à compte cairn. Un restaurateur pourra payer ses fournisseurs locaux avec un virement en cairns. Et les usagers de GEG pourront aussi payer leur facture d’électricité par ce moyen ! Des acteurs comme le SMTC et le bailleur social Actis ont montré leur plus vif intérêt pour le cairn… Affaire à suivre !

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.cairn-monnaie.com/

Pourquoi une monnaie locale ?

Tout d’abord, le cairn sert à mieux comprendre le fonctionnement de l’économie réelle. Son utilisation répond à une volonté de mieux expliquer les échanges économiques.
Le cairn circule sur un territoire donné, entre consommateurs et commerçants qui se font confiance et s’entraident. Ils ont envie que l’argent soit pleinement utilisé pour payer et acheter du local. Le cairn favorise ainsi le circuit court et participe à la transition énergétique. On ne peut pas payer en cairns à Lyon (qui possède sa propre monnaie locale, la gonette) et encore moins à l’étranger : aucun risque d’évasion ou de spéculation, l’argent reste ici.

Mais le cairn a aussi vocation à être utilisé comme moyen d’investissement. Tout cairn en circulation correspondra à un euro stocké. Grâce à un partenariat avec le Crédit coopératif, ces euros immobilisés seront utilisés pour financer des projets de développement sur le territoire. Et demain, il sera peut-être aussi possible de payer ses impôts locaux en cairns !

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi