Sports

Accueil >Découvertes >Sports>Le COLJOG, tout feu et surtout tout flamme

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Spécial Grenoble JO de 1968

héritage

Le COLJOG, tout feu et surtout tout flamme

Transmettre, développer et pérenniser une culture olympique en Grenoble Métropole Isère : c’est la mission que s’est assignée le Conservatoire Observatoire et Laboratoire des Jeux Olympiques de Grenoble (COLJOG). S’il œuvre avec ferveur depuis une quinzaine d’années, le COLJOG s’est vu davantage placé sous le feu des projecteurs avec ce cinquantième anniversaire des JO.

Stand COLJOG pour les 50 ans des JO de Grenoble lors de la Foire d’automne à Alpexpo 2017. © Chaignet Renaud

« C’est presque excessif par moments », s’amuse Geo Perli, le président de l’association, dont le carnet de rendez-vous s’est copieusement garni au cours des derniers mois.

Il faut dire qu’entre la Foire de Grenoble, le Salon du Livre, les sollicitations des médias et toutes les opérations lancées dernièrement, le Conservatoire et ses membres ont un emploi du temps bien chargé.

Une occupation du terrain toujours animée par cette même passion de « l’olympisme grenoblois », qui a poussé Bernard Loucel, Jack Lesage, cinéaste attitré des Jeux Olympiques de 1968, et Paul Blanc, responsable des relations presse de l’événement, à créer la structure en 2002. « Nous étions des passionnés mais aussi des déçus des manifestations organisées à l’occasion du trentième anniversaire », complète Geo, qui fut nommé dans sa fonction dans la foulée.

Le COLJOG s’est alors vu assigner des missions. Dans un premier temps, il lui a fallu « répertorier, rassembler et réhabiliter » le formidable patrimoine olympique grenoblois. Mais aussi mettre en lumière « l’impact des JO dans l’histoire locale, nationale et internationale » et de « toutes les initiatives qui concourent à pérenniser cette culture olympique ».

Pour le quarantième anniversaire des JO, le « club », comme l’appelle affectueusement son président, avait ainsi organisé une exposition à la Bastille qui avait accueilli plus de 60 000 personnes en deux mois et demi. Pour les cinquante bougies, le COLJOG a souhaité passer à la vitesse supérieure.

« On a mis en place le projet Jubilé 2018 articulé autour de plusieurs axes : des manifestations commémoratives, sportives, et culturelles, des expositions, des aménagements, des valorisations du patrimoine existant et une mise en avant de l’héritage olympique… »

Transmission d’un héritage : une mission à poursuivre

A quelques encablures de la ligne d’arrivée, Géo Perli dresse un bilan globalement positif, sous forme de double constat.

« On se demande encore comment quatre générations ont pu passer au travers de cet héritage olympique. Lors de la foire de Grenoble, nos deux publics principaux ont été les jeunes des écoles primaires et le troisième âge. C’est sur ce point qu’il reste encore un gros travail de transmission d’héritage à faire, même si ce cinquantième anniversaire fait déjà beaucoup de bien. Ceci dit, ce que je retiens surtout, c’est la notion d’échanges. L’aspect fédérateur du COLJOG a vraiment bien fonctionné. On a transmis mais on s’est aussi nourri de ce que les gens nous ont apporté, avec beaucoup d’anecdotes, d’histoires… Ce fut un réel enrichissement. »

Le COLJOG a su apporter sa petite étincelle pour raviver la flamme des JO dans le cœur des Grenoblois. Et, à travers elle, « continuer à véhiculer les belles valeurs sportives, culturelles et humanistes de l’olympisme. En tout cas de l’olympisme tel qu’on l’a connu en 1968 à Grenoble », conclut avec malice son président

Les commentaires (2)

Commentaire de PACE Calogero le 21 janvier 2018 à 16 h 34 min

Bonjour,
En 1968, j’étais en école primaire de Renage et dans le cadre des JO d’hivers
de Grenoble, notre instituteur nous avez demandé de faire un dessin qui
représente au mieux notre Département.
Dans le cadre de ces JO les dessins seraient envoyés au Comité
d’Organisations qui en choisirait quelques-uns pour les exposer.
Mon dessin représentant 2 ou 3 alpinistes a été retenu et je souhaiterais
savoir si ce dernier est toujours dans vos archives ?
Pour cette occasion j’ai été recompensé et un diplôme avec le logo des JO
signé par Le Président du comité d’Organisation et le Directeur General du
Comité d’Organisation m’a été remis.
Avec ce diplôme il m’a aussi été offert un petit porte document publicitaire
« Rolex » vert sur lequel il est noté « En Souvenir des Xes Jeux Olympiques
D’Hiver Grenoble 1968 » et à l’intérieur de ce porte document il est noté :
« G. Gay
3 et 5 Rue Montorge Grenoble ».
Il est évident que je peux vous faire parvenir les photocopies de ces documents
pour justifier la veracité de mon message.
Dans l’attente de votre réponse, je vous adresses mes sincères salutations.

Bien Cordialement. Mr PACE

Lire la suite >

Commentaire de SERRE Marie le 3 février 2018 à 14 h 19 min

Bravo

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Comment se rendre au ski en bus depuis Grenoble ?

Grenoble refait les JO avec les jeunes

Quand le hockey sur glace s’éveilla…