Économie

Accueil >Découvertes >Économie>Le marché Saint-André

légumes & Cie

Le marché Saint-André

Du mardi au dimanche, sous le regard du chevalier Bayard, le marché de producteurs de la place Saint-André expose son étalage de marchandises.

Marché Saint-André

Selon certains producteurs fidèles au poste, « ici, on ressent des choses. L’atmosphère est spéciale. On a l’impression de faire partie de l’histoire. ».

Difficile de savoir à quelle date ce marché presque quotidien a pris possession des lieux… Existe-t-il « depuis toujours » ? Malgré son qualificatif de marché de producteurs bio et/ou locaux, certains revendeurs classiques s’y associent.

 

francoise-berthier3-marche-place-saint-andre-credit-julie-fontana

Françoise Berthier, Gaec « Le panier du maraîcher », à Semons. Production : fruits et légumes de saison, confitures, fleurs, œufs.

Françoise Berthier est maraîchère à Semons. Avec sa sœur, elle a repris l’entreprise de ses parents en 2005, « comme une évidence ». « J’ai toujours aidé mes parents étant gamine. Plus jeune,  je travaillais à l’usine, puis j’aidais mes parents le soir dans les champs » raconte-t-elle. Les fruits et légumes qu’elles cultivent sur sept hectares ne subissent aucun traitement.

« Nous choisissons des variétés résistantes et nous protégeons nos plantations de la pluie. Mon père a toujours fait ça. J’ai aussi l’impression que moins on traite, plus les plantes s’adaptent » poursuit-t-elle. Pour autant, l’entreprise n’a pas fait la démarche d’adopter le label bio pour éviter « la paperasse ». Françoise compte sur la confiance de sa clientèle et leur sensibilisation à un prix, qui correspond à un produit de qualité et à des heures de travail « qu’on ne compte plus ». Les fruits sont également transformés en confitures faites maison.

70 chemin des Fromentaux 38260 Semons
jean-marc.berthier0460@orange.fr

 

Christophe Albertin2 - marché place andré malraux - crédit Julie Fontana

Christophe Albertin, producteur à Chasselay. Production : viande, charcuterie, noix et huile de noix

Entre le travail de la noix, l’élevage des volailles, et la culture des céréales, Christophe Albertin a su faire évoluer l’exploitation de son père. « Avant, mon père produisait et vendait des pommes. Je l’ai toujours accompagné dans ce travail. Lorsque j’ai officiellement repris l’entreprise en 1991, je l’ai reconvertie dans la volaille » explique-t-il.

Les poulets – qu’il achète dans l’Ain – sont nourris aux céréales qu’il cultive lui-même sur quarante-sept hectares : du blé, du maïs et de l’orge. Élevées en plein air l’été et en poulailler l’hiver, les volailles sont vendues entières ou en morceaux, ainsi que les œufs de ses 300 poules pondeuses.

L’autre partie de son activité est réservée à la production de noix, distribuée en coopérative et sur les marchés, ou transformée en huile.

Christophe Albertin – 511, chemin des Nières 38470 Chasselay – tél. 06 89 54 05 30

informationRenseignements divers
Place Saint-André
Du mardi au samedi, de 7h à 13h et le dimanche, de 7h à 13h30

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi