Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Le musée de la Résistance et de la Déportation interroge la conscience citoyenne

Zoom

Le musée de la Résistance et de la Déportation interroge la conscience citoyenne

Loin d’être tourné vers le passé, le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère invite régulièrement le public à réfléchir sur des problématiques très contemporaines.

- "Roger Demetrio 1944" : collection Archives départementales des Bouches du Rhône

À l’affiche jusqu’au 23 mai 2016, l’exposition « Un camp pour les Tsiganes. Saliers 1942-1944 », où le photographe Mathieu Pernot met en parallèle portraits d’hier et d’aujourd’hui, ici Roger Demetrio en 1944 (à gauche). Collection Archives départementales des Bouches du Rhône

 

Créé en 1966 pour transmettre l’histoire et les valeurs de la Résistance, le musée s’est penché sur l’actualité à partir des années 90, ce qui lui a valu de devenir Maison des droits de l’homme en 2001. Depuis, il s’applique à créer des passerelles entre hier et aujourd’hui avec une programmation où alternent des expositions approfondissant la période de 39-45 et d’autres concernant les résistances contemporaines.

Résistance aux dictatures avec « Exilados, le refuge chilien en Isère » en 2013. Résistance sociale avec « OQTF : Obligation de quitter le territoire français » qui retraçait le parcours d’une famille tunisienne iséroise menacée d’expulsion. Résistance à la misère avec « Rompre le silence », une expo réalisée avec l’association Gallo (Groupement d’action locale libre et ouverte) qui travaille avec des personnes en grande précarité.

C’est grâce à une étroite collaboration avec des associations du monde de la résistance mais aussi de la défense des droits de l’homme que le musée met l’accent sur la dimension locale. Cette « démarche participative » implique de construire chaque projet « en s’appuyant sur la parole des Isérois, qui leur apportent légitimité et humanité » souligne Olivier Cogne, directeur du musée (lire ci-contre). Elle permet aussi au musée de ne pas être un lieu savant réservé aux élites, mais « un musée départemental qui touche une histoire et des valeurs universelles ».
Et c’est avec le souci de rester « actuel et vivant » qu’il travaille à leur transmission auprès des jeunes.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Tour d’horizon des paniers de produits locaux à Grenoble

La piétonnisation prend ses quartiers

Osez tout demander sur le budget de la Ville !