Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Le nouveau Centre spatial universitaire : un peu plus près des étoiles

nanosciences

Le nouveau Centre spatial universitaire : un peu plus près des étoiles

Ce n’est pas encore Cap Canaveral, mais le nouveau Centre spatial universitaire (CSUG) prépare peut-être le lancement d’une filière astronautique à Grenoble.

Mathieu Barthelemy, le directeur du CSUG.

Mathieu Barthelemy, le directeur du CSUG.

Inauguré à la rentrée dernière, il vient bousculer la construction des satellites en se focalisant sur leur miniaturisation. Quand d’ordinaire ces engins pèsent facilement leur quintal, le CSUG parie sur des satellites d’à peine trois à quatre kilos : autant dire un volant de badminton dans la voie lactée ! « Les technologies mises en œuvre dans la construction de ces nanosatellites montrent, qu’à Grenoble, on sait faire de tout petits instruments scientifiques de très grande précision » explique Mathieu Barthélémy, directeur du CSUG. Le premier à sortir du campus évoluera dans quelques années dans les draperies colorées des aurores boréales de basse latitude. Il ira mesurer la vitesse d’entrée dans l’atmosphère des particules extraterrestres, pour faire des prévisions de météo spatiale. « On n’imagine pas toutes les perturbations que ces poussières astrales provoquent sur notre système GPS et la bonne marche des satellites » observe Mathieu Barthélémy.
Le CSUG met en synergie labos de recherche et une quarantaine d’étudiants en moyenne, qui développent ici leurs connaissances en mécanique, thermique et électronique. Ces nanosatellites entraînent aussi dans leur orbite un nombre croissant d’entreprises. Comme Air Liquide, qui va apporter son expertise hydrogène pour la propulsion des engins.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Rassembler les énergies pour la ville

La Villeneuve : une année de festivités

Les bruits de la ville en questions