Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Les bénévoles mobilisés pour les personnes précaires

grand froid

Les bénévoles mobilisés pour les personnes précaires

L’hiver est une période particulièrement difficile pour les personnes en grande détresse sociale. Depuis mi-novembre, les associations de solidarité renforcent leur action pour leur servir chaque soir un repas chaud. Comment travaillent-elles au quotidien pour apporter aux plus démunis réconfort et chaleur humaine ? Enquête.

A l’association Le Fournil, 2 rue George Sand. © Renaud Chaignet

Il existe à Grenoble plusieurs lieux où se restaurer, s’abriter, trouver une écoute bienveillante et rompre l’isolement. Ainsi Accueil SDF, situé rue du Vieux-Temple, où depuis plus de cinquante ans des bénévoles s’activent pour offrir un bon petit déjeuner avec des viennoiseries et un sandwich à emporter tous les matins, même le dimanche, et un repas les lundi et jeudi.

Des colis alimentaires, des vêtements et des produits d’hygiène sont aussi distribués. Anna Lavédrine, la vice-présidente d’Accueil SDF précise :

« On reçoit surtout des habitués. Cependant, il y a de plus en plus de femmes et de seniors isolés. »

Quartier Flaubert, Le Fournil est animé par sept salariés et une vingtaine de bénévoles. C’est à la fois une table d’hôte et un lieu d’accueil de jour qui ouvre à 10 heures et dès 9 heures en hiver car « les gens ont besoin d’un endroit où se réchauffer », explique Joris Schotte, directeur.

En moyenne, quatre-vingt-dix repas chauds sont servis chaque jour pour un euro. « L’hiver il y a davantage de familles : on reçoit une vingtaine d’enfants par repas, contre trois le reste de l’année. » Le Fournil propose aussi un accompagnement pour la santé, le logement, etc. Et des activités gratuites : jeux de cartes, tennis de table, foot, boxe…

Couvertures et boissons chaudes

Distribution de soupe. © Association Vinci

Autre acteur incontournable, l’association Vinci (Véhicule d’Intervention Contre l’Indifférence) est composée exclusivement de bénévoles. Ils sont cent vingt à se relayer chaque nuit lors de maraudes où ils vont à la rencontre des personnes sans abri dans les rues de l’agglo, pour distribuer des couvertures et des boissons chaudes, orienter vers des soins ou des hébergements d’urgence, échanger quelques mots….

Nicole Pellerin, bénévole, raconte :

« La plupart sont signalées par le 115. Depuis deux ans la demande est vraiment à la hausse, avec un public qui a changé. On voit beaucoup de migrants qui ne parlent pas français et de plus en plus de familles avec des enfants. On apporte du réconfort mais aussi de l’info sur d’autres structures : Point d’Eau, les Restos du cœur… On distribue des tracts en plusieurs langues pour expliquer où ça se trouve, quel service est proposé. »

Une action renforcée

Ces associations travaillent en lien étroit. Réunies au sein d’un collectif de bénévoles, elles se retrouvent une fois par mois au CCAS pour échanger sur leur expérience, se coordonner, monter des projets communs ou réfléchir sur de nouvelles problématiques.

C’est par ce biais que s’organise la distribution de soupe. Cette année les associations Accueil SDF, Le Fournil, Vinci, La Croix Rouge, Nicodème et Magdaléna sont mobilisées ainsi qu’Episol qui rejoint le dispositif.

Catherine Labrunie, sa vice-présidente, explique :

« Le collectif souhaitait renforcer cette action en organisant la distribution tous les jours y compris le dimanche. C’est pourquoi on s’est proposé. On travaille avec l’association Le Habert Saint-Paul qui a un local à côté : c’est là qu’on prépare et sert les soupes. »

Organisée de mi-novembre à fin mars, la distribution comprend aussi un sandwich et un dessert. Elle concerne quarante personnes en moyenne chaque soir et se déroule dans les locaux de l’une des associations ou dans la rue. Ces lieux sont affichés dans les structures en plusieurs langues ou accessibles via les sites ou pages Facebook des partenaires.

Épisol : une épicerie (très) solidaire

Située dans le quartier de la Capuche, Épisol est une épicerie solidaire créée en 2015 par quatre partenaires : le Secours catholique, le diaconat protestant, le CCAS de Grenoble et La Remise.

C’est un magasin ouvert à tous avec des tarifs différents en fonction du quotient familial, mais aussi un chantier d’insertion qui emploie trois salariés en contrat aidé.

 

Privilégiant les circuits courts et la production locale, Épisol assure également l’approvisionnement des paniers solidaires dans les Maisons des Habitants.

Episol, 45 rue général Ferrié à Grenoble – 09 82 53 01 12 – www.episol.fr

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 15h à 19h