Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Les dessous de l’accessibilité

Novembre 2015/Groupe Front National

Les dessous de l’accessibilité

 

Mireille twitter copieUn problème récurrent de nos villes et particulièrement à Grenoble est la propension des majorités municipales à restreindre la libre circulation des piétons. On ne sait pas trop quelles en sont les raisons. Pour beaucoup il s’agit de suivisme. Comme les autres le font alors nous aussi, se disent-ils. La marche est entravée par des milliers de poteaux, des barrières et des chicanes en fer.

Il semble que tout espace libre doit immédiatement être réglementé, interdit ou conditionné. Ce dirigisme défigure la ville avec des alignements peu esthétiques où les générations futures trouveront peut-être une interprétation métaphysique. Pour l’instant, les piétons et les cyclistes se blessent dessus. Le lobby du poteau doit être bien puissant. Au vu du nombre de poteaux endommagés, les automobilistes payent aussi un lourd tribu.

Pour les handicapés ces obstacles sont évidemment dangereux. Pendant sa campagne électorale, le maire a signé le mémorandum du CDTHED (association d’handicapés) sur l’accès à la place des Poètes et au parc Flaubert qui est bloqué pour les handicapés par des portillons en fer. Cependant rien n’a été fait et les solutions sont reportées à 2016. Ces chicanes sont aussi très gênantes pour les personnes ayant des poussettes doubles et pour les vélos avec remorque pour enfant.

Le coût de ces installations est important. Un poteau coûte environ 110 euros TTC à l’achat auquel il faut rajouter le prix de la pose. La raison invoquée à l’origine pour les poteaux est d’interdire le stationnement sauvage sur les trottoirs. Ne vaudrait-il pas mieux construire des stationnements à étage et être beaucoup plus répressif par des amendes et la mise en fourrière? Au bout du compte la ville en serait «apaisée» selon leurs dires.
Les portillons sont censés empêcher l’entrée des deux roues, ce qu’ils ne font pas. Là encore, on préfère nuire à l’ensemble des usagers plutôt qu’aux rares contrevenants.

Groupe Front National – Mireille d’Ornano présidente

Courriel : mireille.dornano@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Quel avenir pour les piscines municipales à Grenoble ?

Grenoble : une terre d’accueil

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle