Dossiers

Accueil >Dossiers>Les Tables de quartier, un nouveau souffle démocratique

participation citoyenne

Les Tables de quartier, un nouveau souffle démocratique

Le 23 mars dernier, la Ville de Grenoble annonçait la création des Conseils citoyens indépendants. Elle lance actuellement une autre instance, les Tables de quartier. Le point sur ces deux outils de démocratie participative.

 La première réunion des Conseils citoyens indépendants s’est tenue à l’Hôtel de ville en octobre dernier.

La première réunion des Conseils citoyens indépendants s’est tenue à l’Hôtel de ville en octobre dernier.

 

Au nombre de sept sur l’ensemble du territoire communal, les Conseils citoyens indépendants sont le fruit d’une démarche de coconstruction. Définis par les habitants comme des « artisans de la démocratie », ils regroupent des citoyens volontaires soucieux du bien vivre ensemble et portant l’envie d’agir collectivement. Indépendants, ils décident de leurs objets de travail en fonction des priorités fixées par les habitants. Ils peuvent travailler en collaboration avec la Ville et ont un pouvoir d’interpellation, avec notamment la possibilité de poser une question orale au maire en début de conseil municipal.

Un nouvel outil au service des citoyens

Récemment mises en place, les Tables de quartier ont pour objectif de permettre aux habitants des quartiers classés prioritaires par la politique de la Ville d’agir sur l’amélioration de leurs conditions de vie, dans le cadre des projets financés par le Contrat de ville(1). Elles concernent uniquement les quatre quartiers classés en politique de la Ville : Alma-Très-Cloîtres-Chenoise, Teisseire-Abbaye-Jouhaux-Châtelet, Mistral-Lys Rouge-Camine et Villeneuve-Village Olympique.

Les Conseils citoyens indépendants et les Tables de quartier sont deux instances encadrées par la loi(2). Leur complémentarité est à encore à inventer mais ça, c’est aux participants d’en décider !

Qui les composent ?

Pour les Tables de quartier : dix riverains résidant dans le quartier concerné (cinq personnes volontaires et cinq tirées au sort sur liste électorale) et huit acteurs locaux du quartier (entreprises, travailleurs salariés ou associatifs non-salariés), tirés au sort après s’être déclarés volontaires.
Pour les Conseils citoyens indépendants : quarante résidents grenoblois ou exerçant une activité sur la commune (vingt personnes volontaires et vingt tirées au sort sur liste électorale).

Pour chacune, l’engagement proposé par la Ville est d’une durée de deux ans. Plus d’infos sur www.grenoble.fr, rubriques Vie municipale puis Ville citoyenne. 

 

(1) Signé le 9 juillet dernier avec l’État. Pour une durée de six ans, le Contrat de ville vise la réduction des inégalités au sein de ces quartiers dits « prioritaires ». cf. Gremag n°6, rubrique Décodage.
(2) Loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

informationRenseignements divers
Renseignements aussi auprès des Maisons des habitants.

courriel democratie-locale@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi