Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>« L’espace public est un espace de vie »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Les jardins de Grenoble

Lucille Lheureux

« L’espace public est un espace de vie »

Lucille Lheureux porte le projet de végétalisation à Grenoble. Elle est adjointe aux Espaces publics et à la nature en ville.

733339_Lucile Lheureux

Quel est votre projet de végétalisation pour Grenoble ?

Nous voulons embellir la ville et la rendre plus agréable, et surtout permettre aux habitants de reprendre la main sur les espaces publics. Je considère l’espace public comme un espace de vie où les Grenoblois pourront s’exprimer et se rencontrer.

Comment comptez-vous procéder ?

En proposant un partenariat avec les habitants et les commerçants : la ville mettra un espace à la disposition des habitants qui en feront la demande, à eux ensuite d’entretenir les végétaux. Même s’il y a des contraintes, ça représente énormément d’espaces potentiels : jardinières, fosses en pleine terre, bacs… Il y a plein d’endroits où les habitants sont en demande et veulent participer à revaloriser leur quartier. Pour chaque secteur, on va identifier les points d’où partiront ces nouveaux aménagements et une délibération sera votée au conseil municipal d’octobre.

On entend parler de « ville comestible », jusqu’où aller ?

Aujourd’hui, il n’est pas tant question de se nourrir en ville. Nous voulons faire de la pédagogie et donner de l’information grâce aux plantations. Je voudrais que l’on remette en adéquation urbanité et nature et que l’on retisse le lien qui n’aurait jamais dû être coupé entre les citadins et la nature. Les personnes qui veulent véritablement cultiver pourront aussi aller vers les jardins partagés.

Y-a-t-il d’autres projets après la végétalisation ?

Pour que cette appropriation ait lieu, nous associerons les habitants dans l’élaboration des projets et nous soignerons aussi les aménagements publics. Le travail portera sur le mobilier urbain et sur les espaces pour les libérer au maximum de ce qui peut les encombrer : potelets, cailloux… La rue de Stalingrad, qui pourrait être un lieu de rencontre, n’a pas un seul banc ! L’idée c’est de recréer dans chaque quartier des lieux de type « cœur de village », pour bien vivre à l’échelle du quartier.

Les commentaires (2)

Commentaire de Odile Baumard le 6 mars 2016 à 17 h 21 min

Bravo ces initiatives qui fleurissent un peu partout dans la ville et qui devraient etre l’occasion a la fois de retrouver un peu le contact avec la nature et d’y associer la convivialite dans des espaces publics partages.
Une habitante grenobloise

Lire la suite >

Commentaire de jean-paul le 6 mai 2018 à 9 h 06 min

Bonjour Lucille Lheureux,
Les parterres de plantes et fleurs sauvages sont géniaux, bravo pour la réalisation, seulement et dommage qu’il n’y a pas de renseignements sur et de chaque plantes, donc un manque pour nous adultes et surtout pour les enfants d’apprendre un peu plus de quoi est fait notre environnement, peut être pouvez-vous m’indiquer qui pourrait m’éclairer?
Merci de votre réponse, bien a vous,
jean-paul.

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi