Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>« Nous devons parler du Sida sans tabou »

Emmanuel Carroz

« Nous devons parler du Sida sans tabou »

Emmanuel Carroz est adjoint à l’Égalité des droits et à la Vie associative de la Ville de Grenoble, membre de l’association ELCS (Elus locaux contre le sida), membre du Corevih (Comité Régional de coordination de la lutte contre le VIH et les IST).

« La Ville de Grenoble a sollicité le label « ville engagée contre le Sida », décerné par le bureau national d’Élus contre le sida »

Emmanuel Carroz, adjoint à l’Égalité des droits

 

En tant qu’élu de la Ville de Grenoble, quel votre rôle jouez-vous dans la lutte contre le Sida ?

Le Sida se soigne aussi par la politique ! Les porteurs du virus sont victimes de discrimination, à l’embauche par exemple. Mon rôle d’élu à l’Égalité des droits consiste à lever les peurs. La population est mal informée sur les modes de transmission, ignore trop souvent qu’aujourd’hui une personne séropositive traitée est non contaminante.

Rappelons-le : la sérophobie est interdite par la loi.

 

Vous êtes également adjoint à la Vie associative…

La Ville apporte son soutien aux associations, en termes de subventions mais pas seulement. Le Sida ne fait plus les gros titres, les associations souffrent d’un manque de visibilité.

Nous les aidons à rencontrer l’écho médiatique dont elles ont besoin pour s’exprimer et travailler, expliquer à la population qu’on n’est plus dans les années 90, qu’il y a de nouveaux moyens de prévention et de traitement, et nous participons à leurs actions ponctuelles.

Je suis également membre du Corevih, une démarche plutôt rare de la part d’élus locaux, qui me permet d’être informé en temps réel des besoins et des actions, et à la Ville d’être encore plus réactive. Pour la journée mondiale de lutte contre le Sida, nos actions seront visibles durant toute une semaine, dès le 27 novembre.

 

Comment s’inscrire dans l’objectif « territoire sans Sida » ?

Le rôle des Villes et des collectivités locales est fondamental. On arrivera à vaincre le Sida si tout le monde s’y met. La mission des élus locaux est importante : il faut qu’on parle du Sida, sans tabou, sans pudibonderie, qu’on réveille les consciences pour fédérer autour d’une grande cause.

En tant que membre d’Élus locaux contre le Sida, je constate qu’il n’y a pas de couleur politique dans les villes impliquées, et c’est tant mieux. La lutte contre le Sida est une volonté affirmée et revendiquée de la Ville de Grenoble.