Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Le parc Valérien Perrin : paisible et fleuri

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Sous un feuillage, sur un banc ou les pieds dans l'herbe...

Parcs et jardins

Le parc Valérien Perrin : paisible et fleuri

A la jonction des quartiers Saint-Bruno et Eaux Claires, le parc clos Valérien Perrin est un lieu calme et propice à la lecture ou à la flânerie, en pleine ville.

Le jardin creux a été conçu « à la française » par l’architecte Madame Comparet en 1996. © Auriane Poillet

Le parc Valérien Perrin, clos et loin du tumulte de la ville, remplace l’ancien site industriel de Valisère, une entreprise de ganterie et de lingerie fondée par la famille Perrin. En 1996, il est réaménagé par l’architecte Madame Comparet et prend la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.

D’une surface d’environ 6600 m2, le parc s’inspire du style à la française. Il se compose en trois parties qui apportent trois ambiances différentes.

Couleurs et senteurs

Côté rue de New-york, se trouve un jardin creux aux senteurs et aux couleurs diverses. Des escaliers en béton mènent vers les cheminements piétons en contrebas. Le promeneur a le choix : déambuler dans le « labyrinthe » fleuri ou s’assoir sur un banc.

Au centre de ce jardin creux trône une douzaine de rosiers qui fleurissent du printemps jusqu’à l’automne. A leurs pieds, deux massifs fleuris dont les fleurs sont plantées deux fois par an, à la demi-saison, par l’équipe Vallier du service des Espaces verts. Des pensées sont par exemple plantées en automne, car elles ont besoin du gel pour fleurir au printemps.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 10 images

Autour de cet îlot central se trouvent deux bandes herbeuses et des massifs de plantes vivaces. A l’extérieur du jardin, s’épanouissent des arbres fruitiers, telles que des vignes, des pommiers et des poiriers.

Plus loin, on aperçoit des plantes condimentaires, comme de la menthe, de la sauge ou de la ciboulette. Et on croise parfois des plantes originales, notamment l’espèce Helianthus qui ravit les promeneurs avec ses branches et ses fleurs jaunes qui retombent sur le cheminement piéton.

Une prairie et un sous-bois

Lorsque le flâneur remonte les escaliers du jardin creux, il découvre une large prairie sur laquelle des enfants jouent au ballon. Plus loin, un sous-bois, composé de bouleaux, de chênes et de pins, offre de l’ombre aux promeneurs estivaux. On y trouve aussi un kiosque, une aire de jeux et une fontaine.

Le jet d’eau ne fonctionne plus. Mais cette année, lors de la quatrième édition du budget participatif, le « gros projet » retenu prévoit la réparation et la remise en eau de plusieurs fontaines de Grenoble, dont celle du parc Valérien Perrin. Celle-ci devrait donc bientôt fonctionner à nouveau.

Des bouleaux, des pins, des chênes composent le sous-bois du parc. On y trouve aussi un arbousier et un poivrier. © Auriane Poillet

Selon Jean-François Eynard, chef d’équipe au service des Espaces verts, le parc Valérien Perrin est « beaucoup fréquenté par les nounous et les lecteurs : c’est très calme ». Il ajoute : « ce qui est important, c’est qu’il y a toujours une fleuraison ici, du printemps à l’hiver, contrairement à d’autres parcs de Grenoble ».

Ce petit écrin de verdure permet donc aux habitants environnants et aux visiteurs curieux de profiter de trois ambiances différentes et d’une multitude d’usage : de l’observation des plantes aux entraînements sportifs.

informationRenseignements divers
Ouvert tous les jours de 9h à 20h.
courrielhttps://www.grenoble.fr/lieu/368/137-parc-paul-valerien-perrin.htm

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi