Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Portraits d’agents du service de la Propreté urbaine

Grenoble, ville propre

Portraits d’agents du service de la Propreté urbaine

Pour rendre la ville propre aux Grenoblois, 229 agents du service de la Propreté urbaine de Grenoble sont mobilisés toute l’année, six jours sur sept. Portraits de cinq d’entre eux, qui racontent ici leur métier, leurs missions et leurs relations avec les riverains.

Mercredi 04 fevrier 2016 Service de la proprete urbaine Laurent DURAND Agent Photo : © Thierry CHENU thierry.chenu@grenoblecommunication.fr +336 84 52 10 99 - www.grenoble.fr Droits réservés : Ville de Grenoble © 2016

Laurent Durand

Agent de la propreté urbaine du secteur 2 depuis plus de trente ans
«  J’arpente avec mon balai la moitié du centre-ville à pied, cela fait environ 3,5 km par jour. Ça me maintient en forme ! J’ai été formé à la conduite des machines il y a quelques années, mais je suis revenu au balayage manuel, je préfère, même si c’est certain que notre métier n’est pas facile, surtout en hiver avec le froid et la pluie. Cela fait 35 ans que je suis cantonnier, je l’étais déjà à l’époque de Dubedout ! Depuis, il n’y a pas eu de grands changements en terme de propreté, la ville n’est pas plus sale aujourd’hui qu’il y a 30 ans, il y a toujours autant de mégots par terre. Mais ce qui a changé depuis quelques années, ce sont les poubelles fouillées et renversées, ça c’est nouveau. »

 

Mercredi 04 fevrier 2016 Service de la proprete urbaine Thierry Di Stasi Photo : © Thierry CHENU thierry.chenu@grenoblecommunication.fr +336 84 52 10 99 - www.grenoble.fr Droits réservés : Ville de Grenoble © 2016

Thierry Di Stasi

Agent de la propreté urbaine du secteur 2 depuis 2006

« Je suis agent polyvalent, c’est-à-dire que je conduis tout type de machines, laveuse ou balayeuse. Je commence généralement par des artères prioritaires telles que l’avenue Alsace Lorraine, au volant de la laveuse qui est mise à ma disposition, pour les laver. Je m’occupe aussi de différents points sensibles tels que les porches, les escaliers… Là, j’utilise un pistolet qui propulse un jet d’eau pour dégager ces endroits difficiles d’accès. Je m’occupe surtout de laver, donc les gens sont contents après mon passage ! Surtout que j’utilise des produits qui sentent bon : fraise, citron, barbapapa ! J’ai une bonne relation avec les riverains et les commerçants, ils sont reconnaissants vis-à-vis de mon travail. »

 

Mercredi 04 fevrier 2016 Service de la proprete urbaine A gauche, Nahoui ABBAS, chef adjoint de l'équipe A droite, Eric JOUBERT, agent Photo : © Thierry CHENU thierry.chenu@grenoblecommunication.fr +336 84 52 10 99 - www.grenoble.fr Droits réservés : Ville de Grenoble © 2016

Eric Joubert et Abbas Naoui

Eric Joubert (à droite), agent de l’équipe spécialisée « tags et grafitis » :
« Je m’occupe de repeindre les murs présentant des petits tags ou graffitis. Je dispose pour cela d’une base blanche et de 25 ou 30 colorants, à moi ensuite de faire le mélange et de retrouver la teinte exacte du mur. C’est le plus compliqué car il s’agit d’éviter de faire des marques au milieu du mur. Après avoir effacé le dessin, il faut généralement repeindre tout le mur, même pour un petit dessin, car sinon cela fait des marques. »

Abbas Naoui (à gauche), adjoint au chef d’équipe spécialisée « tags et grafitis » depuis 1995 :
« Je m’occupe entre autres de retirer les affiches sauvages et les autocollants. Par exemple, pour décoller des autocollants sur un poteau, on doit utiliser une buse qui projette de l’eau car la plupart sont très difficiles à retirer, en raison des nouvelles colles utilisées. C’est une lutte quotidienne, c’est comme pour les agents qui balaient, il faut tout refaire chaque jour ! Les jours les plus durs pour nous sont  le lundi et le mardi car bon nombre de tags sont faits le week-end ! »

 

Mercredi 04 fevrier 2016 Service de la proprete urbaine Pierre GAUTIER-MARE, agent de maitrise secteur 2 Photo : © Thierry CHENU thierry.chenu@grenoblecommunication.fr +336 84 52 10 99 - www.grenoble.fr Droits réservés : Ville de Grenoble © 2016

Pierre Gautier-Mare

Agent de maîtrise de la propreté urbaine du secteur 2 depuis 2010

« Je suis agent de maîtrise donc cela signifie que j’organise le travail des agents au quotidien, je suis en contact avec eux sur le terrain, je gère le planning… Notre mission c’est que la ville soit propre quand les gens se lèvent, donc notre travail n’est pas visible. Mais si le nettoiement n’était pas effectué le matin aux aurores, là on pourrait se rendre compte du travail que nous faisons !
Notre travail n’est pas toujours respecté, voire méprisé et j’espère qu’une campagne de sensibilisation comme la Belle Saison pourra nous aider. »

Les commentaires (1)

Commentaire de BAZIN le 18 mars 2016 à 8 h 09 min

j’aimerais réagir au propos de monsieur Gautier-Mare, comment une campagne comme la belle saison pourrait nous aider quant on sait qu’à mistral il est prévu de mettre à disposition des usagers tuyau d’eau, clé à eau, pour un grand nettoyage de tapis. je ne pense pas que cela soit le jour pour faire cela. mais je peux me tromper!!!

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Althéa et l’Amicale du Nid : deux associations aux côtés des personnes prostituées

Prostitution : Grenoble reste mobilisée

L’ascension sensationnelle du téléphérique