Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Mille Pousses : des micro-pousses pour l’insertion sociale

Agriculture urbaine

Mille Pousses : des micro-pousses pour l’insertion sociale

Depuis le mois d’octobre, l’association Mille Pousses s’est installée dans une serre du centre horticole de Saint-Martin-d’Hères. Pendant une année, la dizaine de bénévole va expérimenter la culture de micro-pousses et sa commercialisation. L’objectif ? Parfaire un modèle économique local pour permettre l’embauche en insertion sociale.

Olivier Chilou, Juliette Regnier, Isabelle Robles et Agathe Pain font partie du bureau de l’association 1000 Pousses. © Auriane Poillet

Fenouil, radis, cresson, chou rouge, roquette, moutarde, coriandre… Au total, une vingtaine de variétés de micro-pousses est cultivée en pot par les bénévoles de l’association Mille Pousses, installée sur le site du centre horticole depuis le mois d’octobre. Un espace de 100 m2 dans une serre lui a été mise à disposition par la Ville de Grenoble pour expérimenter une agriculture novatrice et ultra-locale.

« Les micro-pousses se placent entre les légumes et les herbes aromatiques. C’est un mélange de saveurs et d’esthétique pour les restaurateurs », explique Isabelle Robles, présidente de l’association et ingénieure agronome.

De la germination à la commercialisation

Sous la serre, trois espaces permettent aux micro-pousses de s’épanouir jusqu’à la consommation : un espace de mise en pot, un frigo qui contient une chambre de germination maintenue à une vingtaine de degrés et deux grandes tables de culture, dernière étape avant la commercialisation.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 10 images

Porté à l’origine par l’association La Ressource, Isabelle Robles et les Mille Pousses ont repris le projet pour créer de l’insertion sociale avec comme support l’agriculture urbaine. L’ingénieure agronome a mené une étude de faisabilité pendant un an pour réaliser ce projet, qui fait écho à la récente installation d’une ferme urbaine 100% bio au centre horticole.

Tout au long de l’année, l’association va expérimenter cette culture particulière, dénicher des clients et obtenir un nouveau terrain de 3000 à 5000 m2 à proximité de Grenoble, afin de pérenniser un modèle économique.

L’insertion sociale par l’agriculture urbaine

Pour le moment, quelques restaurateurs grenoblois et de l’agglomération font appel à l’association pour se fournir en micro-pousses. Les plantes sont livrées en pot et les feuilles sont coupées au fur et à mesure du dressage des assiettes. Celles-ci se conservent entre une et deux semaines.

Dans un an, l’association espère pouvoir aider des personnes en difficulté à trouver un emploi, par leur embauche et leur formation au sein des Mille Pousses. « Cela permet aussi de proposer d’autres types d’emploi, ouverts aux femmes et aux hommes de tous âges », termine Isabelle Robles.

La proximité de la ferme aux 1000 pousses avec la ville permet donc des moyens logistiques légers et pallie le manque de mobilité des personnes en difficulté. Selon Salima Djidel, conseillère municipale déléguée à la restauration et à l’alimentation locale et biologique, l’association apporte donc « la petite touche qui pétille dans la bouche ».

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.facebook.com/MillePousses
courriel millepousses@netc.fr
téléphone 07 83 40 76 71

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Second souffle pour quatre lieux

Une ville verte et bleue

L’Été Oh ! Parc, la saison des plaisirs