Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>Que serait pour vous La ville idéale ?

paroles à...

Que serait pour vous La ville idéale ?

Pour accompagner son dossier « La ville à hauteur d’enfant », Gre.mag est allé à la rencontre des premiers intéressés : les enfants et leurs parents, pour leur poser une simple question. Que serait la ville idéale ? Portraits-réponses.

La ville idéale

Nelly, 33 ans, et ses deux filles de 6 et 4 ans
« Ce serait une ville avec des pistes cyclables réservées uniquement aux vélos et séparées de la route par des buissons par exemple. Dès que l’on doit circuler à Grenoble, cela fait peur à ma plus grande qui adore le vélo pourtant. Elle me dit à chaque fois : il y a trop de voitures, elles roulent trop vite. Pourtant maintenant on est super équipées ! Il faudrait aussi des crèches ouvertes tout le temps, le jour, la nuit, accessibles. Pour moi qui travaille à l’hôpital c’est vraiment la galère pour trouver un mode de garde. »

 

La ville idéale

Doerte, 35 ans et son fils, 1 an.
« J’habite en face du parc et ça c’est déjà idéal ! Je sors de la maison et il y a cet espace vert, l’été au parc. J’adore y venir avec lui, c’est facile, même s’il ne peut pas encore vraiment jouer, on en profite. Avec une petite boulangerie/salon de thé sur place ce serait encore mieux ! Je suis originaire d’Allemagne et je n’ai pas encore tout exploré mais j’ai découvert le lieu d’accueil parents-enfants La Marelle. Je trouve que la ville offre beaucoup d’espaces verts. Par contre avec la poussette il y beaucoup d’endroits dans la ville où c’est la pagaille pour circuler et difficile d’accéder, avec les potelets, les trottoirs surélevés. Heureusement que je préfère le portage ! Peut-être qu’il manque aussi comme dans mon pays plus d’aménagements dans les équipements de la ville, dans les cafés, des espaces enfants pour pouvoir y venir davantage avec eux et que chacun en profite.  »

 

La ville idéale

Adrienne, 69 ans, avec ses 5 petits-enfants de 6 à 12 ans.
« L’idéal ce serait une ville pleine d’enfants très sages ! Plus sérieusement, je trouve que la ville n’est pas toujours adaptée à eux. Pour moi le plus difficile c’est l’inter-âge, quand je dois m’occuper des 5 en même temps.

Trouver un endroit où il y en a pour tous les âges et tous les goûts des plus petits aux plus grands, ce n’est pas évident ! Il y a beaucoup de propositions de jeux, d’activités au parc par exemple pour les plus petits, pour les ados aussi à partir de 16 ans, mais par contre il manque quelque chose de spécifique pour les 12-15 ans -comme un accrobranche par exemple. Ou alors un équipement qui amuse tout le monde comme des jeux d’eau ! Mais on trouve toujours de quoi faire malgré tout, quand on se renseigne un peu, entre les expos au jardin des plantes et au muséum, les bibliothèques, le cinéma, et les autres musées ! Et puis on fait tout à pied et c’est un plaisir ! »

 

La ville idéale

Daniel 46 ans, et Lucie 14 ans.
Daniel : « Ce serait une ville avec des transports en commun où on peut aller un peu où on l’on veut, où tout soit à distance de marche aussi si c’est possible ! Avec des activités diversifiées et pour tous les âges, qui soient aussi bien subventionnées pour que tout le monde y ait accès.

Ce serait aussi une ville qui propose des solutions après l’école parce que le créneau 16h30- 19h est toujours difficile à gérer quand on est parent et que l’on travaille. Qui offre aussi des activités culturelles ouvertes sur l’extérieur -concerts et ciné en plein air- et avec des propositions sportives qui permettent de sortir de la ville : le lien à l’environnement est tellement important !

Ce serait une ville surtout où on implique davantage les enfants : si aujourd’hui les conseils de quartier se développent pour les adultes, on ne les consulte eux certainement pas assez sur la façon dont se fabrique la ville. J’en ai vu un exemple à l’école de mon fils : comme délégués ils ont fait des propositions pour améliorer le fonctionnement de la bibliothèque. Au final alors que pourtant elles étaient toutes simples, elles ont été très peu prises en compte : quelle déception pour eux ! A contrario ils ont aussi vécu une véritable campagne et des élections au moment des élections présidentielles et ils se sont énormément investis ! En général quand on les implique, ils se sentent concernés et ils font des propositions loin d’être complètement stupides !

Ils ont beaucoup d’idées très précises sur ce qui leur est propre ! Ils voient bien sur les encadrements, les activités ce qui leur manque. Ils sont même bien plus aux courant que nous là-dessus ! Pour peu qu’on les briefe un peu sur les coûts et les moyens humains, cela peut déboucher sur d’excellentes solutions ! »

Lucie : « Ce serait une ville moins polluée, où l’on respire mieux et où on a beaucoup moins de problèmes de santé après. C’est une ville où on peut faire plus d’activités, où l’on ne s’ennuie jamais. Mais où il y a beaucoup d’espaces verts aussi, pour faire du jardinage, manger ses propres légumes –en sachant exactement ce qu’il y a dedans-, faire pousser de belles fleurs… une ville aussi dont on s’échappe rapidement avec la campagne, la nature juste à côté et où il y aurait plus d’animaux, comme les écureuils du parc ici, pour que l’on ne les voit pas qu’en photos !

En fait c’est la première fois de ma vie que l’on me demande de parler de la ville, de ma façon de la voir. Ce serait bien qu’on nous le demande un peu plus souvent. J’aimerai bien participer, mais il ne faudrait pas que nos paroles s’envolent ! »

 

La ville idéale

Ibra, 50 ans
« C’est une ville avec plein de parcs, de pistes cyclables, écologique dans son fonctionnement de préférence ! Une ville aussi avec de bonnes écoles et un programme sportif sponsorisé. Ce serait demander aussi aux enfants ce qu’ils voudraient, recueillir systématiquement leurs réactions, leurs impressions, parce que l’on s’imagine beaucoup de choses pour eux : comment on devrait les éduquer, quels sont leurs besoins…

Je suis allé dans une école où se pratiquait la pédagogie Montessori quand j’étais petit : là, j’ai pu choisir ce que je souhaitais apprendre, grandir en confiance et en autonomie, me construire ! »

 

La ville idéale

Gabrielle, 19 ans et Jordan 25 ans
« Grenoble c’est quand même déjà assez vert, avec de nombreux parcs pour les parties de molky ! Mais ce qui nous préoccupe quand même depuis un petit moment c’est la violence. Avant on rentrait en tram de nos sorties, aujourd’hui on a préféré changer nos habitudes pour éviter les ennuis : soit on rentre plus tôt, soit on y va en voiture. C’est dommage parce que le système de transports en commun est vraiment très bien ! »

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi