Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>« Sida : l’important, c’est de rompre l’isolement »

Iris Arnulf

« Sida : l’important, c’est de rompre l’isolement »

Iris Arnulf est psychologue, coordinatrice de l’association grenobloise Tempo.

« L’important est de rompre l’isolement, de redonner du lien, pour les malades et leurs proches »

Iris Arnulf, psychologue. © Alain Fischer

 

Que peut-on trouver en poussant la porte de votre association ?

Nous proposons un lieu d’accueil et de convivialité aux personnes touchées par le Sida (ou hépatites) et à leurs proches. Nous accueillons tout type de public, enfants et parents de malade, migrants, usagers de drogue…

On suit les personnes qui nous sont adressées par les hôpitaux, Aides, ou encore les médecins libéraux. Les besoins sont importants, on ne désemplit pas. Les liens créés à Tempo peuvent aussi perdurer à l’extérieur, l’association contribue à faire naître une entraide mutuelle.

 

Quel soutien apportez-vous au quotidien ?

Nous nous engageons pour la qualité de vie et le bien-être des personnes que nous accueillons. Nous les aidons à entrer ou à rester dans un parcours de soin, à prendre leur traitement tous les jours lorsque c’est trop lourd.

L’accompagnement peut se faire en entretien individuel, j’interviens alors en tant que psychologue, ou sur un temps collectif à travers les ateliers thérapeutiques que nous organisons. Nous les soutenons également dans leurs démarches administratives, avec un ordinateur à disposition, la possibilité d’éditer des CV, de faire des photocopies.

 

Comment améliorer la qualité de vie des personnes touchées par le sida ?

Nous proposons des ateliers qui ravivent l’image de soi : massages et soins du visage, massages corporels avec le concours d’un kinésithérapeute. Le vendredi, nous organisons une activité culinaire, autour d’un repas collectif, depuis l’envie jusqu’à la réalisation, en passant par les courses.

C’est un moment convivial accompagné par une nutritionniste : avec une hygiène alimentaire équilibrée, on supporte mieux les effets secondaires du traitement.

 

Quel message souhaiteriez-vous transmettre ?

En 2017, on note encore une ignorance des modes de transmission : les peurs sont toujours là. Nous participons à la lutte contre les difficultés à l’embauche, l’homophobie, le refus de soin que l’on peut constater chez certains professionnels de santé.

Les discriminations sont réelles et il y a encore du chemin à faire avant que nous n’ayons plus besoin de soutenir les personnes qui en sont victimes.

informationRenseignements divers
Association Tempo, 13, rue Gay Lussac (Tram A, arrêt Mounier). Accueil le mardi de 14h à 18h, le jeudi de 9h à 12h et le vendredi de 10h à 16h
téléphone 04 76 03 16 43

Les commentaires (2)

Commentaire de Anilus Sonia le 1 novembre 2017 à 22 h 14 min

Bon travail , on est solidaire. Le combat continue et on va porter la victoire sur le VIH.

Lire la suite >

Commentaire de J.Marie-Christine le 20 novembre 2017 à 17 h 36 min

Bravo pour ce travail de fourmi; bravo à Tempo et à Iris Arnulf sa coordinatrice et psychologue.
Grâce au grand professionnalisme de ses membres et à leurs qualités humaines , cette association est un maillon indispensable pour tous les malades atteints par le sida.
Ce travail d’accompagnement est primordial pour que tous et toutes se sentent allégé(e)s d’une partie de leurs épreuves.
Pour que ce fléau diminue, chacun peut faire sa part : comme le colibri qui apporte sa goutte d’eau pour éteindre l’incendie,faire de la prévention en en parlant sans tabou.

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

« Sida : il est encore compliqué de constater sa séropositivité »

« Vers un territoire sans Sida à l’horizon 2030 »

« On a voulu organiser un acte artistique en prise avec la société »