Dossiers

Accueil >Dossiers>Sport féminin : un encouragement à toute épreuve

elles peuvent le faire

Sport féminin : un encouragement à toute épreuve

Début février, Grenoble a reçu des mains de la ministre des Sports Laura Flessel le label Ville Active et Sportive 2017, qui récompense notamment les efforts menés pour le développement du sport féminin. Un axe qui reste au cœur de la politique sportive de la ville.

Rencontre amicale de l’équipe de football féminine de l’US Abbaye contre les portugaises de Saint-Martin d’Hères. © Sylvain Frappat

Depuis 2014, la Ville a mis en œuvre un plan d’action visant à favoriser la place de la femme dans la pratique sportive et dans son encadrement. La création de l’école de football féminin, gratuite et à destination des jeunes filles de huit à douze ans, par le service Sport et Quartiers, en partenariat avec le GF 38, illustre cette ambition.

Autres actions marquantes : le lancement d’animations et événements sportifs avec comme support des activités plébiscitées par les femmes, la mise en place de critères de subventions favorisant la place des femmes dans le mouvement sportif grenoblois, la mixité dans l’ensemble des actions sportives municipales à destination des enfants…

La Ville pousse aussi la promotion de manifestations sportives soutenant les femmes, comme La Grenobloise, course solidaire organisée par l’ASPTT Grenoble Athlétisme pour la lutte contre le cancer du sein.

Du concret pour encourager la pratique des jeunes filles

Depuis deux ans, un partenariat a également été noué avec l’Apels (Agence pour l’éducation par le sport). Objectif : identifier, comprendre et lever les obstacles à la pratique sportive féminine.

Un état des lieux a été dressé en collaboration avec l’Éducation nationale pour expliquer ce qui freine la pratique d’une activité physique par les Grenobloises de onze à dix-huit ans. Un comité consultatif, composé de quarante personnes de tous horizons, a été mis en place en collaboration avec l’Apels et l’Office municipal des sports de Grenoble pour échanger sur les moyens et les actions à enclencher afin de résoudre cette problématique.

Une cinquantaine d’actions concrètes ont été identifiées. Une partie des propositions formulées est maintenant en train d’être appliquée.

La Grenobloise, course en « solidaire ». © Alain Fischer

Une semaine du sport féminin en septembre

Ce travail engagé avec l’Apels se poursuivra tout au long de l’année 2018. Une semaine du sport féminin est d’ores et déjà prévue pour le mois de septembre. Elle débutera à l’occasion du traditionnel Forum des Sports organisé par l’OMS.

Plusieurs actions devraient y prendre place : des créneaux de découverte d’activités sportives pour les femmes, des accès gratuits aux piscines publiques sur des temps choisis, des conférences/débats sur la place de la femme dans le sport ainsi que des témoignages de sportives grenobloises de haut niveau.

Les avancées d’aujourd’hui ne doivent pas faire oublier tous les défis de demain. Et c’est au quotidien et à travers un processus démocratique participatif que la Ville compte les relever.

À Argouges, les mentalités bougent !

Au lycée André-Argouges, on a décidé de dire halte aux préjugés. Des lycéen.ne.s d’une classe de première en gestion-administration se sont ainsi essayés à la boxe française, sous la direction de l’ex-championne du monde Myriam Chomaz et de Julie Le Galliard, championne de France 2015.

Une initiative menée dans le cadre du projet Plus loin dans mon corps, plus loin dans ma tête, soutenu par la ville de Grenoble et l’Apels.

Arrivés sur la pointe des pieds, les élèves marquaient pas mal de réticence : « On va se prendre des coups ! », « On va se faire mal ! », « C’est nul ! On transpire ! » Ils n’ont pourtant pas mis longtemps à se prendre au jeu, grâce aux activités proposées par les deux encadrantes, avant même d’enfiler les gants : échauffement rythmé en mode aéroboxe, ateliers ludiques…

De quoi mettre en confiance ce public de novices et nuancer les regards sur une discipline qui véhicule son lot de clichés. Pour Marion Stephanov, coordonnatrice EPS au Lycée André-Argouges, cette expérience est allée bien au-delà du cadre purement sportif.

Elle a offert aux élèves « un moment fort en émotion, qui a permis de comprendre petit à petit l’utilité de s’ouvrir aux autres et d’oser des expériences nouvelles ».

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

BDL, FCG, GF38 : de belles promesses d’avenir

La Capuche : un quartier so sweet