Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Tout en vélo : « Cette activité a un vrai potentiel ! »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Se déplacer à vélo : ils en ont fait leur métier

Entrepreneur-es... à vélo !

Tout en vélo : « Cette activité a un vrai potentiel ! »

Cela pourrait paraître improbable de déménager son ancien appartement à bord d’un vélo. C’est pourtant l’un des challenges que se sont lancés Jérôme Cucarollo et Thomas Hilaire en reprenant la « free-chise » Tout en Vélo à Grenoble. A bord de leurs VTT et de leur vélo électrique, ils sillonnent les rues de la ville afin d’effectuer des déménagements et des livraisons.

Thomas Hilaire et Jérôme Cucarollo sont deux amis d’enfance. « On s’est connus à l’âge de six ans pendant les cours d’escrime », se souvient Jérôme. Depuis, même si leurs parcours scolaire et professionnel ont divergé, ils ne se sont pas perdus de vue.

Et puis un jour, alors que « les planètes étaient alignées », les deux trentenaires se sont retrouvés dans un nouveau projet, loin de leurs métiers respectifs.

Thomas et Jérôme effectuent des livraisons et des déménagements à vélo à Grenoble. ©Alain Fischer

Inspirés par Tout en Vélo Rennes

En 2016, alors que le contrat de Jérôme au département de l’Isère et celui de Thomas qui travaillait en tant que cariste se terminaient, ils se sont lancés dans l’aventure Tout en vélo.

Jérôme explique :

Tout en Vélo est une entreprise de transport et de déménagement à vélo. On transporte aussi bien des petits colis à mettre dans les sacs à dos, que des grosses armoires.

L’idée est venue alors que Jérôme cherchait à développer un projet de cyclotourisme. « Je faisais beaucoup de vélo, notamment des voyages à vélo l’été », développe-t-il. « En cherchant du matériel, je suis tombé sur Tout en Vélo Rennes. »

Même si les activités sont différentes de son projet initial, le concept lui a plu. C’est à ce moment-là qu’il propose le projet à Thomas qui était « tout de suite partant » : « Je me suis rendu compte que vivre sous des néons dans un entrepôt était un univers qui ne me correspondait pas du tout. »

« On aurait pu se la jouer success story »

Alors les deux amis n’ont pas raté l’occasion. « On a passé trois jours à Rennes pour que l’entreprise nous forme et ça a fonctionné. On a été les deuxièmes à se lancer après Tout en Vélo Lille », raconte Jérôme.

Car Tout en Vélo Grenoble est une franchise. Ou plutôt une « free-chise » qui permet d’exploiter la marque sans redevance, comme aiment à le rappeler les deux partenaires :

On aurait pu créer notre propre marque et se la jouer success story, mais on a trouvé que c’était plus facile, notamment par rapport à la notoriété de la marque et le matériel que Tout en vélo fabrique.

Pour effectuer leurs livraisons et les déménagements, ils se sont équipés de bons outils de travail : des VTT « de très bonne qualité », un vélo électrique et des remorques. « On va aller progressivement vers du tout électrique », explique Jérôme. « Sauf pour les livraisons en sac à dos, car les vélos électriques sont bridés à 25 km/h. On va plus vite avec un vélo normal. »

Une activité qui a « du potentiel »

« La particularité de notre activité c’est qu’on ouvre des marchés parce que l’on effectue des livraisons que les camions ne peuvent pas ou ne veulent pas faire », indique Jérôme qui est aussi coprésident de l’association Boîte à vélo.

Selon lui, les 3,5 tonnes sont de plus en plus contraints en centre-ville pour laisser plus de place à des modes de transport doux :

Livrer à vélo à Grenoble ce n’est pas quelque chose de farfelu. Se déplacer à vélo ne coûte pas cher, c’est plus facile de se garer et c’est plus maniable qu’un camion.  Cette activité-là a un vrai potentiel !

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.toutenvelo.fr/toutenvelo-grenoble
courrielhttps://www.facebook.com/toutenvelogrenoble/

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Mickaël Tenailleau, installe une ferme urbaine 100% bio

Cathy Nicolas, férue d’urban training

Florence Gombert-Meurice, passion pharaonique