Dossiers

Accueil >Dossiers>Une nouvelle tenue pour la passerelle Saint-Laurent

travaux

Une nouvelle tenue pour la passerelle Saint-Laurent

La passerelle Saint-Laurent a subi les affres du temps. Rongée par la rouille, elle va subir un lifting en règle : un chantier important et délicat, nécessaire à la sécurité et à sa préservation. Elle va être fermée au public pendant un an, mais les quartiers continueront à vivre grâce au pont de la Citadelle !

Depuis le 1er janvier 2015, Grenoble-Alpes Métropole est le gestionnaire de cet ouvrage transféré par la Ville de Grenoble. La passerelle a été mise en sécurité depuis fin 2015, avec une limitation d’accès sur sa partie centrale. Un chantier de plus d’un an est nécessaire pour réhabiliter et sécuriser complètement l’ouvrage malheureusement rongé par une corrosion importante sur ses parties latérales.

Les experts mandatés sont formels : la passerelle est en péril. La Métropole, après études, a choisi de la fermer au public sur une période la plus courte possible, à partir du 25 septembre 2017, jusqu’en octobre 2018. Entre 2010 et 2013, les commerçants et habitants ont connu la requalification totale des quais ; un chantier très contraignant qui a beaucoup gêné la vie du quartier mais qui, ensuite, a ouvert des perspectives positives avec l’arrivée d’une clientèle renouvelée et plus assidue.

Antoine Back, élu du secteur 2 apporte des précisions :

« Là, on ne bloque pas le quartier comme ça pu être le cas alors : on se borne à fermer la passerelle et proposer une alternative d’accès par le pont de la Citadelle, qui oblige à un détour de 230 m au total ».

Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole délégué aux espaces publics et à la voirie, complète le propos :

« La passerelle n’a pas seulement vocation à relier les deux rives de l’Isère. Dans le programme Cœurs de ville, Cœurs de métropole, elle constitue un maillon fort et essentiel de la liaison piétonne apaisée qui reliera le quartier Saint-Laurent et la Caserne de Bonne, quand le plateau des rues de Lionne, Renauldon, Brocherie et Chenoise sera mis en place en 2019 ».

 

La passerelle Saint Laurent au premier plan. Au second plan, le pont de la Citadelle. Au fond le pont de Chartreuse.

Inciter à découvrir les richesses du quartier

Établi par la Métropole, la Ville de Grenoble, le département de l’Isère, le Musée dauphinois, l’Union de quartier Rive droite Saint-Laurent, la résidence personnes âgées du CCAS, les commerçants et les associations, le projet d’accompagnement du chantier encourage la circulation piétonne entre les deux rives et répond à plusieurs enjeux : économique, social, touristique et patrimonial.

Projections sur la bâche du chantier d’images historiques ou paysagères, fresques de chaque côté du pont pour inciter les visiteurs à traverser l’Isère et visiter le patrimoine, expositions ou encore marquage de la déviation au sol donneront envie de traverser le pont et fréquenter les commerces, restaurants, musées.
La Ville souhaite offrir l’opportunité à un collectif ou à un prestataire de concevoir et de réaliser des œuvres décoratives et informatives en accompagnement du chantier de rénovation de la passerelle Saint Laurent.

Il va falloir démonter et remplacer entièrement le tablier (qui ne peut être réparé) de la passerelle, et nettoyer et réparer certaines de ses parties maçonnées. Il faut aussi remplacer les pièces corrodées de la structure métallique et décaper les peintures qui ne protègent plus de la corrosion et contiennent à la fois de l’amiante et du plomb.

 

Enfin, des mesures pour faciliter l’accès au centre-ville par le bus ou par d’autres moyens sont à l’étude.

Ce que soutient fortement Pierre Rostaing, président de l’Union de quartier :

« Pendant la fermeture, nous ne nous enfermerons pas et nous soutiendrons les commerçants. Nous envisageons de faire découvrir les richesses, les profonds secrets, la vie et l’accueil de notre quartier ».

Au nombre de leurs animations programmées : la fête ludique et originale de la Patatière le vendredi 22 septembre puis la traditionnelle brocante des quais le dimanche 8 octobre. Il suffit de passer le pont…

Le désamiantage de l’ouvrage va observer des règles strictes d’hygiène et de sécurité. L’édifice, doté de filtres pour piéger l’amiante, sera entièrement confiné sous bâches et mis en dépression. Le déroulement du chantier sera contrôlé par les professionnels de santé et l’inspection du travail.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Un Conservatoire pour tous

Une journée pour la qualité de l’air

Le cairn : par ici la monnaie locale !