Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Des vélos triporteurs électriques pour les habitant-es

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2017

Des vélos triporteurs électriques pour les habitant-es

Depuis la mi-septembre, trois vélos triporteurs à assistance électrique sont mis à la disposition des habitant-es dans les quartiers Île Verte, La Villeneuve et Flaubert dans le cadre du budget participatif.

Irène Alonso partage sa passion pour ce mode de transport doux. ©Auriane Poillet

« Je suis partie du constat que la moitié des trajets urbains effectués en voiture sont des trajets de courte distance qui sont très polluants », commence Irène Alonso. « Notre ville a l’avantage d’avoir un relief plat et de nombreuses pistes cyclables. »

La porteuse de projet se rendait déjà au travail à vélo il y a vingt ans :

J’avais besoin de fluidité de facilité. Le vélo triporteur est un modèle de consommation différent. C’est un objet partagé qui s’inscrit dans une démarche citoyenne pour contribuer à l’apaisement.

Trois vélos triporteurs à assistance électrique

Cette conviction, la Grenobloise a cherché à la partager avec les citoyen-nes lors de l’édition 2017 du budget participatif. Le projet lauréat est abouti depuis la mi-septembre.

« Le budget participatif était l’occasion de ramener un peu de budget dans ce quartier (Flaubert N.D.L.R.) que je trouve assez délaissé et assez pauvre », indique-t-elle. « Ce projet était ma façon de faire ma part.»

Au total, trois box contenant chacun un vélo triporteur à assistance électrique pouvant supporter une charge de 200 kilos sont installés à Grenoble. On les trouve respectivement dans les quartiers de l’Île Verte, La Villeneuve et Flaubert.

Les vélos sont stockés dans des box. ©Sylvain Frappat / Auriane Poillet

Mise à disposition gratuite

Trois associations sont chargées de leur gestion : l’Union de quartier Île Verte, la Régie de quartier Villeneuve et la Bifurk. Les usager-es peuvent réserver le vélo et retirer les clés auprès de ces structures pendant leurs horaires d’ouverture.

Irène Alonso conclut :

Je souhaite vraiment une équité entre les habitant-es et les associations. C’est une expérimentation à petite échelle où l’on va cerner les besoins des utilisateurs pour éventuellement réajuster le projet. Et après, pourquoi pas porter un autre projet à plus grande échelle.

informationRenseignements divers
courrielwww.gre-mag.fr/thematiques/budget-participatif-portraits-de-projets/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Confinement : des douches municipales indispensables

Phenix : une appli contre le gaspillage alimentaire

La Maison de la couture active le mode « masqué »