Dossiers

Accueil >Dossiers>Budget 2018 : réaffirmer la ville du bien-vivre

pour demain

Budget 2018 : réaffirmer la ville du bien-vivre

Si le budget valide l’ensemble des recettes et des dépenses de l’année à venir, il exprime aussi les orientations de la Ville. Le budget de Grenoble traduit ainsi pour 2018 l’engagement municipal pour une transition écologique et sociale qui profite aux 162 000 habitants. Focus sur les projets phares qui vont rythmer la vie des Grenoblois.

Les élèves de l’école du Lac en temps périscolaire. © Sylvain Frappat

Le budget 2018, qui a été adopté en décembre, est d’abord celui qui veut donner priorité à l’éducation : pas moins de 11 millions d’euros seront alloués aux conditions de scolarisation des jeunes Grenoblois cette année. Cet engagement se traduira par de nombreuses opérations de restructuration et de rénovation des bâtiments scolaires existants, l’aménagement de classes provisoires et la rénovation de trois groupes scolaires.

 

Nouveau restaurant scolaire à l’école Léon Jouhaux. © Renaud Chaignet

 

C’est aussi sur l’amélioration et le développement des équipements culturels, sportifs et associatifs que la Ville porte ses efforts, allouant en 2018 plus de 8,6 millions d’euros à ces chantiers.

Six millions d’euros seront investis dans le domaine sportif, pour assurer notamment la reconstruction du centre sportif Arlequin (3,55 millions d’euros en 2018), la rénovation des vestiaires, sanitaires et éclairages à Hoche (0,30 million d’euros) et la réfection du sol et du chauffage de la Halle Clémenceau (0,60 million d’euros).

Le budget 2018, c’est aussi : la célébration des Jeux Olympiques, la poursuite de la dématérialisation des services, le budget participatif, la lutte contre les discriminations, l’appui au développement de la monnaie locale (le Cairn), l’année Divercities, le forum international sur les indicateurs de richesse, la conférence nationale sur la qualité de l’air, le Printemps du livre, la 4e édition de la fête des Tuiles, les Diagnostics urbains à vélo et les balades citoyennes thématiques, le street art festival, le soutien constant aux associations…

 

Pose de la 1ère pierre du Centre Sportif Arlequin. © Alain Fischer

Le budget 2018 de la Ville inclut des projets majeurs de réaménagement de l’espace public, pour un montant total de 6 millions d’euros. Dans ce chapitre figure ainsi le vaste programme Cœur de Ville – Cœur de Métropole Grenoble (11 millions au total sur trois ans pour la Ville et la Métropole).

On y trouve aussi des nombreux travaux de proximité : amélioration des jardins et squares, plantation d’arbres et d’arbustes, végétalisation des rues, entretien et sécurité des espaces verts, jeux d’enfants… Enfin, la Ville a également programmé la rénovation de l’éclairage public en différents secteurs : à La Villeneuve, sur le cours Berriat, la place Grenette et la rue de la République, sur la place de la Gare et la rue Nicolas-Chorier.

Les projets urbains sont nombreux. Une enveloppe budgétaire de 2,92 millions d’euros sera dédiée aux opérations d’aménagement, démarrées pour certaines il y a plus de vingt ans. Le programme de renouvellement urbain de l’ANRU, piloté par la Métropole, représente un montant d’investissements d’1,1 million d’euros pour 2018. Il concerne l’attractivité des quartiers Mistral et Villeneuve.

 

Signalisation provisoire pour les futurs aménagements de l’axe Rey Sembat Lyautey. © Renaud Chaignet

 

La Ville met aussi le cap sur l’égalité, la solidarité et la citoyenneté. Dans le budget 2018 ont été prévus le déménagement du centre de santé Très-Cloîtres et la construction du nouveau bâtiment de l’Agecsa (Association de gestion des centres de santé associatifs), situé aux Géants.

Plusieurs rénovations d’ampleur structurent également ce volet : les locaux de la Maison des initiatives, avec l’installation d’un Espace de vie sociale, la résidence autonomie Saint-Laurent, le site d’hébergement du Rondeau, etc.

Avec un large éventail d’actions menées auprès des plus fragiles : un plan canicule découlant des travaux menés sur les îlots de chaleur, la caravane des droits pour aller vers ceux qui ne se présentent pas spontanément aux guichets, une équipe juridique mobile pour la mise en œuvre des droits au logement et à l’hébergement opposables, une cellule institutionnelle pour le suivi des jeunes en situation d’urgence, ou encore le démarrage d’actions autour des enjeux de santé-précarité.

Également inscrites au budget, les initiatives dédiées à l’art sous toutes ses formes : soutien à différents projets artistiques dans l’espace public, y compris ceux portés par les habitants, mise en place de bourses d’études et de passerelles au Conservatoire, lieux de création artistique… Et un tout nouveau site Internet dans le cadre du label Ville d’art et d’histoire : grenoble.patrimoine.fr

investissements

Zoom sur trois axes forts du budget 2018

Future école Flaubert. © Roda

Investir pour la réussite éducative et des écoles de qualité

Contexte : Avec 200 à 300 élèves supplémentaires chaque année, la Ville a ouvert depuis trois ans pas moins de 42 classes. Les cantines servent chaque midi 30 % de repas en plus depuis 2012.

Objectifs : réussir le parcours éducatif depuis la petite enfance à l’autonomie, offrir à l’enfant des temps harmonieux entre école, loisir et famille, proposer des écoles de quartier à taille humaine et respectueuses de l’environnement, servir à la cantine des plats sains, à base d’aliments locaux et bio…

Investissement : 1,62 M€ seront affectés à la restructuration de l’école Saint-Bruno, qui doit ouvrir ses portes à la rentrée scolaire 2019, et 1,47 M€ pour les nouvelles écoles Flaubert et Hoche. Les chantiers des nouvelles écoles vont aussi se poursuivre (près de 7,65 M€). Des sommes seront consacrées à l’aménagement et l’ouverture de classes provisoires (0,65 M€), ainsi qu’à l’extension des cantines des écoles Buffon, Elisée-Chatin et Jouhaux (plus d’1 M€).

Des investissements concerneront l’extension de l’école Diderot (0,51 M€), l’amélioration dans les écoles, l’accessibilité des bâtiments scolaires, la mise aux normes des restaurants et l’acquisition de mobilier, pour plus d’1,60 M€.

En dehors du plan Écoles, 3,39 M€ seront injectés dans la rénovation thermique des groupes scolaires Ampère, Painlevé et Élisée-Chatin.

 

Rue de la République, nouveaux espaces publics. © Thierry Chenu

Investir dans un cœur de ville qui devient le cœur de la métropole

Contexte : la métropole s’étend et le centre-ville doit changer d’échelle. En même temps, ce centre doit devenir plus attractif et se redynamiser pour contenir et inverser le phénomène de désertification urbaine observé partout en France.

Objectifs : embellir et valoriser le centre-ville de Grenoble et son patrimoine, agrandir le plateau-piéton, favoriser les mobilités douces entre le quartier Saint-Laurent et l’écoquartier De Bonne, améliorer le cadre de vie avec la plantation d’arbres et d’espaces verts, l’installation de bancs, un éclairage adapté, des revêtements de qualité et la lutte contre les nuisances.

Investissement : 11 millions d’euros sur trois ans, un projet porté par la Ville de Grenoble, Grenoble-Alpes Métropole et le Syndicat mixte des transports en commun. Cette somme servira à financer la piétonnisation des secteurs Brocherie-Chenoise et Millet-Vaucanson, la piétonnisation et la mise en valeur du patrimoine de la place Grenette, des rues Montorge et de la République, la requalification complète du boulevard Agutte-Sembat avec la création d’une zone de trafic limitée aux bus, livraisons, taxis et riverains, l’embellissement des secteurs Lyautey, Lakanal, Championnet, Edouard-Rey, Victor-Hugo…

 

Zac Teisseire. © Alain Fischer

Promouvoir l’accès aux droits en matière de logement et d’hébergement

Contexte : l’opposabilité du droit au logement et à l’hébergement est inscrite dans la loi depuis dix ans. Cependant, son application est difficile compte tenu du nombre croissant de personnes et de ménages reconnus comme pouvant faire valoir ces droits.

Objectifs : Grenoble veut rendre effectif l’accès à ces droits avec une équipe juridique mobile, qui ira à la rencontre des personnes dépourvues de logement ou vivant dans un logement insalubre, éloignées de leurs droits ou à l’écart des institutions.

Ce dispositif renforcera l’accompagnement juridique de ces personnes durant toute la durée de leurs démarches d’accès aux droits, depuis l’information des publics jusqu’au recours contentieux le cas échéant.

Action : La mise en œuvre de ce dispositif est fixée au mois de mars 2018 pour une durée de deux ans et fera l’objet d’une évaluation. À terme, elle pourra être élargie à d’autres droits sociaux légaux ou droits fondamentaux : droit à la santé, droit des étrangers, etc.

Pour ce projet, la Ville associera des associations et des institutions en contact avec les personnes concernées et pouvant apporter une expertise : le CCAS de Grenoble, la Faculté de droit, la Fédération des acteurs de la solidarité, Un toit pour tous, la Fondation Abbé Pierre…

Elle réunira également des juristes spécialisés et des compétences variées dans le domaine du travail social. Cette équipe veut également apporter des ressources et du soutien à l’ensemble des professionnels ou bénévoles accompagnant ces publics.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi