Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Démocratie locale : une implication grandissante des habitants

grenoble en transition

Démocratie locale : une implication grandissante des habitants

Budget participatif, dispositifs d’interpellation, votations citoyennes, Tables de quartier, Conseils citoyens indépendants… Les Grenoblois gagnent de nouveaux espaces pour transformer leur ville. L’ambition de la Ville c’est que chaque citoyen se sente acteur.

Interview Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale

"Pour un élu, donner du pouvoir d'agir au citoyen, c'est le pari de la confiance"

 Votre objectif, c’est faire des Grenoblois des acteurs de leur ville ?

Face aux crises qui fragilisent notre vivre ensemble, nous faisons le choix d’ouvrir la participation à tous et d’enrichir les espaces de co-gestion. Pour cela, il faut redonner du pouvoir d’agir au citoyen.
On s’appuie sur une belle tradition à Grenoble, l’importance des unions de quartier, la richesse associative, l’héritage des municipalités précédentes.

On veut aller plus loin : ouvrir des espaces de dialogue et d’interpellation, permettre aux habitants de contribuer à la décision. Nous tissons un nouveau contrat : hier, le citoyen n’était qu’un consommateur silencieux du bien public. Aujourd’hui, nous nous adressons à des citoyens-acteurs.

Vous avez donc créé de nouveaux outils démocratiques…

On a ouvert des droits nouveaux pour tous les Grenoblois de plus de 16 ans, y compris les résidents étrangers, comme le Budget participatif ou le droit d’interpellation. Plus de 7 000 votants se sont déplacés lors de la semaine de vote d’octobre 2016, c’est sept fois plus qu’en 2015.

Grenoble s’inscrit déjà dans un réseau des villes européennes en pointe en matière de démocratie ! Et ce ne sont pas seulement des clics sur internet, les gens se sont déplacés pour voter. J’ajoute que 24 % des votants n’étaient pas inscrits sur les listes électorales. C’est une fierté car nous avons la volonté d’aller chercher ceux qui ne s’expriment pas d’habitude.

Quels sont les défis de la démocratie locale ?

Nous continuons d’améliorer nos dispositifs en temps réel, grâce à nos retours d’expériences. Il nous est paru important d’élaborer un guide pratique de la participation, écrit en dialogue entre les élus, les services de la Ville et, bien sûr, des citoyens. Pour l’acte 3 des Assises citoyennes, en septembre prochain, on souhaite donner la parole aux jeunes de 16 à 25 ans.

On a des rendez-vous récurrents désormais : la Ruche aux projets du Budget participatif en mai, la Semaine de vote à l’automne, mais aussi la question orale des Conseils citoyens indépendants au début de chaque séance du conseil municipal. On veut vraiment faire vivre le débat à Grenoble.

La participation citoyenne au quotidien

La culture de la participation citoyenne se diffuse également dans les services de la Ville : la Direction des finances propose des formations sur le budget communal aux habitants intéressés, la Direction éducation jeunesse organise la concertation puis la consultation sur les rythmes scolaires, la Direction de l’urbanisme associe les habitants à la réflexion sur les grands aménagements urbains, la Direction environnement et cadre de vie accompagne les habitants dans la création de jardins partagés ou d’aires de jeux pour enfants.

La Ville forme une vingtaine d’agents par an aux techniques de la participation citoyenne et s’appuie sur des « pisteurs » déjà aguerris qui peuvent accompagner leurs collègues.

Dans les quartiers, les Maisons des habitants et les agents de développement locaux agissent au quotidien pour soutenir les projets d’habitants : compostage collectif, atelier vélo, lieu d’accueil et d’accès aux droits pour les retraités immigrés, projet de street art.

« La Ville n’a pas le monopole de la démocratie locale. C’est un rôle de facilitateur, » insiste l’adjoint Pascal Clouaire. « On veut que les habitants se sentent acteurs de leur ville. »

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

L’année de la Colombie se fête à Grenoble