Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Egalité : Grenoble, une ville où chacun doit trouver sa place

grenoble en transition

Egalité : Grenoble, une ville où chacun doit trouver sa place

Très mobilisée sur la question de l’égalité et le refus des discriminations, Grenoble initie et soutient de multiples actions pour engager une transition humaine, sociale et progressiste, et construire une ville qui refuse toute forme d’exclusion.

Dès 2014, pour donner une place centrale à l’égalité, une Délégation à l’égalité des droits a été créée. Mobilisée sur tous les fronts de la discrimination, elle mène au quotidien un travail de fond qui s’incarne dans des événements fédérateurs, où la sensibilisation passe par des actions de proximité, des échanges, des ateliers participatifs…

 

En février, elle s’attaquait aux inégalités sociales en organisant le premier forum Accès aux droits et lutte contre le non-recours, pour mieux identifier les nouvelles situations de précarité et faire en sorte que chacun dispose des moyens de son autonomie. La Ville a aussi développé en 2015 un outil précieux, la Plateforme des migrants, qui permet aux citoyens de venir en aide à ceux qui ont dû fuir leur pays d’origine.

L’accueil du congrès du Planning familial en avril 2016 ou de celui de la Ligue des droits de l’homme en juin prochain sont aussi l’occasion de réaffirmer l’engagement de Grenoble, mais aussi de nourrir son action des réflexions et préconisations qui émergent de ces temps de rencontres.

Grenoble au féminin

Equipe féminine RC Mistral

En mars 2015, Grenoble s’est engagée à bâtir un plan d’actions pour l’égalité femmes-hommes, qui sera présenté le 8 mars prochain. Depuis deux ans, la Ville travaille autour de quatre axes : place des femmes dans l’espace public, lutte contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, sport au féminin, mixité des filières et équilibre salarial pour les agents municipaux.
Des actions sont déjà mises en place (création d’une École de foot féminin) ou en cours de réalisation (sensibilisation des professionnels de la petite enfance au sexisme, féminisation des noms de rue).

L’implication des habitantes dans la réflexion sur l’espace public se développe. Un groupe s’est constitué à l’automne à Saint-Bruno et des « marches exploratoires » alimenteront des propositions d’amélioration. De même, les groupes qui participent aux réflexions sur la conception des ZAC (Presqu’Île, Abbaye, Flaubert) devront prendre en compte la mixité (au moins 30 % de femmes).

Aux couleurs de l’arc-en-ciel

Grenoble lutte contre l’homophobie en soutenant le centre LGBTI (Lesbiennes gays bisexuels transsexuels et intersexes) qui regroupe douze associations.

À une subvention annuelle de 2 500 € s’ajoute l’implication de la Ville à la Semaine des fiertés, organisée par le centre pour refuser la discrimination, avec une inauguration à l’Hôtel de ville qui arbore le drapeau arc-en-ciel et participation à la Marche des fiertés (le samedi 3 juin 2017).

Emmanuel Carroz Adjoint à l’égalité des droits et la vie associative

"La ville de demain doit prendre en compte tous ses habitants"

Quelle est la place de l’égalité dans la ville de demain ?

Elle est fondamentale ! La ville de demain doit être une ville inclusive et prendre en compte tous ses habitants : femmes, personnes handicapées ou en situation précaire, homosexuels… Il s’agit de réaffirmer des droits – car ceux qui sont acquis ne le sont pas pour toujours ! – et de travailler sur ceux à conquérir. L’évolution de la société crée de nouveaux besoins auxquels
on doit répondre.

Quels moyens sont mis en œuvre ?

La Ville porte un certain nombre d’actions, par exemple par le biais du plan d’égalité femmes-hommes ou de la commission accessibilité. Concernant le public handicapé, Grenoble est toujours la ville la plus accessible de France mais nous poursuivons le travail sur l’autonomie, avec des préconisations qui vont plus loin que ce que la loi impose. Notre engagement passe aussi par le soutien aux associations.

Grâce à leur expertise, elles peuvent nous interpeller sur des problématiques nouvelles. En décembre, les États généraux des migrations, organisés par Migrants en Isère, ont fait émerger des préconisations sur lesquelles nous allons travailler.

Comment se traduit ce soutien ?

Nous subventionnons le Planning familial, Solidarité sida, le festival Vues d’en face, dédié au cinéma gay et lesbien… Nous faisons aussi en sorte de leur donner un maximum de visibilité. Pour faire évoluer les mentalités, il faut communiquer sans relâche et avoir régulièrement des moments forts d’expression.

C’est pourquoi nous associons la Quinzaine contre le racisme à la Journée internationale des droits des femmes (lire ci-contre). Avec, le 11 mars, une grande boucle à vélo, une vélo parade, qui rassemblera toutes les associations luttant contre les inégalités.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi