Dossiers

Accueil >Dossiers>Un budget entre ambitions et contraintes

2015

Un budget entre ambitions et contraintes

Acte fondamental de la politique d’une ville, le budget traduit en chiffres les ambitions de l’équipe municipale pour une ville émancipatrice, une ville durable, une ville solidaire et citoyenne. Voté par les élus du conseil municipal le 23 février prochain, le budget 2015 de Grenoble répondra à des engagements politiques forts dans un contexte financier délicat.

Il veut aussi ouvrir une nouvelle ère citoyenne, avec la participation progressive des habitants dans la réflexion. Le débat d’orientation budgétaire a été lancé lors du conseil municipal du 26 janvier.

Impression

Comme un film de l’action municipale déroulé sur une année, le budget est la traduction financière de l’action politique. Il consigne en monnaie sonnante et trébuchante les engagements et les ambitions de la municipalité, ce que les élus pensent utile et juste de mettre en œuvre pour tous les habitants.

Il reflète aussi les contraintes auxquelles la Ville doit faire face, à un moment où l’argent public devient plus rare. Le budget 2015 de Grenoble sera voté dans quelques semaines après un travail de réflexion de presque une année. Sa préparation aura marqué les esprits, en mobilisant 78 agents de la direction des finances, ainsi que les cadres de tous les services : un travail coopératif à la mesure d’un projet complexe.

Remise à plat de la méthode

Suite à l’arrivée de la nouvelle équipe, un audit financier interne a été réalisé par les services de la Ville. Il a mis en évidence l’évolution des dépenses et des recettes durant les dix dernières années, ou encore dressé un panorama détaillé des subventions. Cet audit doit aussi éclairer le programme d’investissements auxquels la Ville veut se consacrer pour la période qui s’ouvre.

Autre volonté forte : la politique se place au cœur du budget. Jusqu’ici, les élus transmettaient des directives globales aux services qui déterminaient comment les appliquer au mieux. Les nouveaux élus, qui ont tous suivi une formation sur les finances et participé à des réunions thématiques, sont mobilisés pour travailler directement avec les services sur l’application des directives et la validation des choix.

Des centaines de questions fusent de toutes parts. Chaque élément est soigneusement soupesé. Pour cela, le vote du budget 2015 a été décalé de deux mois, tout en respectant le cadre légal.

Une équation difficile

Le budget 2015 se prépare alors que de multiples contraintes pèsent sur les finances municipales. L’équipe municipale s’est engagée à ne pas relever davantage la part communale des impôts locaux, afin de ne pas pénaliser les ménages les plus fragiles.

D’autre part, la ville de Grenoble présente un endettement déjà fort : 1 697 euros par habitant contre 1 131 euros pour des villes de taille similaire (chiffres 2013). Là où certaines villes peuvent continuer à faire appel à l’endettement auprès des banques, les marges de manœuvre de Grenoble, qui souffre d’une épargne insuffisante, sont très étroites.

Enfin, la Ville, comme l’ensemble des collectivités territoriales, subit un contexte national très pénalisant, avec la baisse des dotations de l’État, de l’ordre de 11 milliards d’euros sur trois ans.

Plusieurs hypothèses de travail ont été posées à la lumière de cette situation et différents scénarios élaborés pour trouver la solution budgétaire la plus appropriée. La Ville a finalement choisi de s’engager sur une baisse des dépenses de fonctionnement. Elle sera de l’ordre de 5 à 6 millions d’euros en 2015, ce qui correspond à la baisse des dotations de l’État prévue cette année. Cette baisse des dépenses se traduit par une stabilisation de la masse salariale et un remodelage des subventions accordées aux associations.

L’audit financier interne a ainsi fait apparaître que près de 90 % des subventions avaient été versées à 20 % des organismes subventionnés en 2013.

La subvention au CCAS, pilier de l’action sociale, ne sera pas impactée par cette tendance. La Ville prévoit la réduction des charges municipales courantes à travers la chasse au gaspi notamment.

Budget

Une implication progressive des habitants

La Ville travaille à la mise en place de critères transparents et équitables d’attribution des subventions.

Janvier 2015, réunion budget à la Villeneuve en présence d'élus.

Janvier 2015, réunion budget à la Villeneuve en présence d’élus.

Elle souhaite accompagner les associations qu’elle subventionne (par exemple par la mutualisation de leur travail quand cela est possible), et travailler sur l’évaluation de leurs missions auprès de la population. Enjeu : améliorer la qualité de service par rapport au coût.

Car les usagers, et plus généralement les habitants, sont au centre du budget « nouvelle formule ». Une transformation s’opère. À la logique financière du « je consomme » succède une philosophie plus volontariste, plus citoyenne.

Trois réunions publiques expliquant les mécanismes, les enjeux du budget et les directions politiques de 2015 se sont déroulées en janvier, à la veille du débat d’orientation budgétaire. Ces premières étapes vont déboucher sur un processus de budget participatif et sur une implication plus forte des habitants sur les grands équilibres budgétaires.

Ce budget participatif, qui sera lancé dès le printemps 2015 pour une mise en œuvre dans le budget 2016, veut faire émerger les projets importants pour la population. Une manière de remettre le citoyen au cœur de la cité.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

La participation citoyenne tisse sa toile

Cabaret Frappé : attention pépites !

Et n’y voir que de l’eau…