Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Jardinons l’été à Grenoble

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Les jardins de Grenoble

au vert

Jardinons l’été à Grenoble

Les jardins partagés et autres dispositifs de jardinage urbain fleurissent au cœur de chaque quartier. Petit à petit, à la dynamique impulsée par la Ville se substituent les initiatives citoyennes des collectifs d’habitants. Au total aujourd’hui, une centaine d’espaces cultivés ont pris racine dans la cité et de nouveaux projets sortent de terre. L’été, le moment idéal pour les découvrir.

Avec l’été et le départ en villégiature d’un bon nombre d’urbains, alors que la production de légumes et le fleurissement battent leur plein, les jardins se désertifient quelque peu. C’est le moment rêvé pour les curieux de découvrir tous les jardins ouverts en libre accès, d’y pratiquer des arrosages, plantations ou récoltes.

Parmi ces sites, nous conseillerons une visite au jardin de Boue, aux Incroyables comestibles du parc Mistral, aux vergers l’Essen’Ciel et Salengro, au jardin ColEOPTerrE, ou encore au tout nouveau Happy Hoche

Jardinons Grenoble, portail d’entrée aux jardins

Sur le site www.grenoble.fr, la Ville a mis en ligne une plateforme qui présente les différentes options de jardinage urbain de Grenoble. Celle-ci est dotée d’une cartographie de répartition des jardins ou vergers partagés, des espaces « Jardinons nos rues », des bacs de compost, des jardins à adopter et, bientôt, des jardins individuels proposés par les particuliers.

Elle vise à poursuivre l’objectif d’embellir et de végétaliser l’espace public. Il s’agit aussi de créer une nouvelle synergie entre tous les jardiniers, en proposant des conseils de travaux saisonniers de base et de respect de l’environnement. La recherche filtrée par localisation, type ou nom de jardin est accessible
à tous.

Adopter un jardin en un clic !

Le nouveau dispositif de « jardins à adopter » est une version augmentée de « Jardinons nos rues ». Vous pouvez désormais adopter un espace ou micro-espace récemment repéré par la Ville sur domaine public, pour le transformer en jardin potager ou ornemental. Au total, soixante sites sont prêt-à-adopter ! Pour demander votre permis de cultiver, repérez le jardin de votre choix sur la carte interactive de la plateforme et remplissez le formulaire en ligne.

L’outil « jardins particuliers » offre, quant à lui, une mise en lien entre un résident grenoblois, une entreprise ou un bailleur social qui dispose d’un jardin, avec des citoyens en manque de verdure, qui souhaitent s’en emparer, mettre les mains dans la terre et créer un potager !

La marche à suivre : les propriétaires déposent une annonce en ligne avec un descriptif de leur terrain et leurs attentes. Puis, après validation par les services de la Ville, celui-ci apparaîtra sur la carte interactive de la plateforme, consultable par tous les Grenoblois !

Incroyables Mistral

Alimentaire, mon cher Watson

Avec ses 60 m2 de légumes et fleurs, le jardin Incroyables comestibles Mistral, établi le long de la grande allée du parc Mistral, ne manque pas d’interpeller les nombreux passants.

On s’y arrête, on échange des conseils ou des souvenirs. Pas de clôture mais du jardinage dans la bonne humeur, des familles qui y jardinent, des enfants qui picorent les radis.

Cette merveille lovée au cœur de l’écrin de verdure du parc Mistral est ouverte à tous. Créé il y a un an par un collectif informel d’habitants, le jardin assurait la continuité initiée par le film Demain et le mouvement Alternatiba.

Incroyables comestibles, face aux problèmes d’alimentation, vise à relocaliser les lieux de production en ville et porte en germe, dès aujourd’hui, une culture de la terre nourricière. Il s’agit de revenir à la semence, à la plante qui pousse, que l’on cueille.

Et la greffe semble prendre. Pas de dégradation, chacun s’émerveille, tout le monde peut participer et la valeur des légumes cultivés est reconnue.
Alors, si d’aventure vous passez par le jardin Incroyable Mistral, rien n’interdit un petit arrosage, une plantation, la récolte de légumes ou d’aromates.

informationRenseignements divers
Incroyables comestibles, dans le parc Paul Mistral.
courrielhttps://www.facebook.com/incroyablescomestiblesgrenoble/

Le jardin de Boue

Graines de citoyens

À deux pas de la MC2, le jardin de Boue présente des airs de petit paradis coloré.


Un abri qui héberge une petite bibliothèque libre, des bancs et tables construits en bois récupéré, des planches cultivées de légumes et fleurs à bordures tressées, un compost…

Ce merveilleux joyau de verdure libre et participatif, germé de la mouvance Nuit Debout en avril 2016, a rejoint le dispositif Jardinons nos rues de la Ville. Aujourd’hui, chaque jour, il interpelle des piétons et cyclistes qui passent à proximité.

Populaire, citoyen, autogéré, il est ouvert à tout le monde. Dans ce jardin des communs, chacun peut prendre la liberté de jardiner, récolter fruits et légumes, construire un banc… Bref, s’approprier l’espace et créer des liens, de la mixité générationnelle et une intelligence collective.

Et le jardin avance tout seul, en confiance. Étonnant à voir. Un passant ralentit au droit du jardinet. Immédiatement, on engage la conversation, on échange les idées et l’espace devient une agora où l’on apprend à se parler.

Parfois, des enfants s’y arrêtent, plantent quelques graines. Les agents des Espaces verts de la Ville dégagent à l’occasion discrètement les abords ou proposent des produits de tonte pour le paillage ou le compost. Mais que devient le jardin l’été, à l’heure où l’urbain déserte la cité ? C’est simple, tout le monde peut s’arrêter, arroser, planter, récolter à son gré, se poser et lire ou pique-niquer à l’ombre.

informationRenseignements divers
Jardin de Boue, Esplanade de la MC2, rue Paul Claudel

Verger Salengro

Promenade gourmande

Si vous ne connaissez pas encore le verger Salengro, laissez-vous guider.

Des cheminements doux vous baladent à la rencontre de vingt-quatre arbres fruitiers (pommiers, poiriers, pêchers, cognassiers, etc.), autant de petits fruitiers (cassis, groseilliers, framboisiers), d’arbustes ornementaux, de plantations en bacs, et d’espaces de repos et de flânerie, ouverts à tous.

Le verger Salengro s’étend le long du boulevard du même nom, offrant de belles perspectives arborées sur un espace de 4 500 m2. Inauguré il y a tout juste un an, il est le fruit de deux ans de travail entre la Ville et un groupe d’habitants volontaires, dans le cadre du dispositif « Jardinons nos rues ».

Les premiers ateliers de plantation ont eu lieu en janvier 2016 : petits et grands ont mis les mains dans la terre, pour y accueillir les premiers hôtes. Depuis, l’entretien est minutieusement assuré au quotidien par un noyau d’habitants.

« Le verger prend vie doucement. Il prend corps car les gens se l’approprient, avec une aide régulière, ou même spontanée, des passants », constate Nicole Falconnat, membre du collectif créé pour la gestion et l’entretien du lieu. Situés à proximité de l’école élémentaire la Houille Blanche, deux bacs sont réservés aux écoliers.

À en voir le résultat aujourd’hui, difficile d’imaginer que deux ans auparavant, il n’était qu’un espace en friche, où on ne faisait que passer…

informationRenseignements divers
Ouvert à tous, boulevard Salengro, entre la MJC Anatole France et la rue des Eaux-Claires. Renseignements auprès de la MDH du secteur 3.

sur les toits

L’Happy Hoche prend de la hauteur

Aménager un jardin potager sur un ancien terrain de tennis, à deux niveaux au-dessus du sol ?

C’est le défi relevé par les habitants grenoblois qui ont voté pour ce projet favorisant la pratique du jardinage amateur, lors de l’édition 2015 du Budget participatif.

Ce jardin partagé a bel et bien pris vie et végétalise le toit des garages Actis, dans le quartier Hoche. Une vingtaine de bénévoles fédérés en association a inauguré ce nouvel espace vert nourricier le 6 avril dernier.

Depuis, les parcelles collectives s’étendent, à mesure que les fruits, légumes, aromates et fleurs se répandent. Les jeunes pousses habitent des supports variés : une dizaine de bacs en bois, quelques bacs sacs, de la pleine terre, mais aussi des semis dans des caisses à poisson, généreusement fournis par le poissonnier du quartier !

L’état d’esprit de ce jardin favorise le plus possible la récupération, aussi bien pour les matériaux que pour l’approvisionnement en plants et graines, et le recyclage de l’eau de pluie. « Chacun emmène ce qu’il veut. C’est un peu un terrain d’expression et de liberté », explique Marko, un des jardiniers.

informationRenseignements divers
Ouvert à tous, place Valentin Haüy (derrière la bibliothèque d’études), en haut de l’escalier en colimaçon béton
courrielhttp://happyhoche.blogspot.fr/
courriel

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

L’année de la Colombie se fête à Grenoble