Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Les cultures, partout et pour tous

grenoble en transition

Les cultures, partout et pour tous

Construire la ville de demain, c’est permettre à chacun de côtoyer la culture en pensant des lieux ouverts, des lieux de rencontre où les publics, les générations et les projets se croisent. C’est apporter l’art dans l’espace public, favoriser la diversité, échanger et débattre avec les habitants et les partenaires. En bref : porter des envies de culture(s), partout et pour tous.

Grenoble abrite de nombreux lieux culturels engagés dans les réseaux locaux, nationaux et internationaux au service de la création, de la production et de la diffusion artistique. Des lieux mais aussi des compagnies, des associations aux projets singuliers, des créateurs qui portent des approches innovantes.

Nocturne des étudiants au musée de Grenoble, en mars 2016.

Ouvrir ces lieux, ces approches, fait partie des grandes priorités de la politique culturelle de Grenoble. À l’image par exemple du Grand rassemblement, organisé à la MC2 par Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois du Centre chorégraphique national, qui a fait la part belle à des projets participatifs et des collaborations avec des amateurs.

Autour de son affirmation « J’ai décidé de rêver ! », le Magasin – et sa Nuit des idées – ne propose pas autre chose en conviant une cinquantaine d’invités venus de tous horizons, ainsi que le grand public, à partager les savoirs et à relancer les utopies pour imaginer le monde de demain.

D’un endroit à l’autre

 « Le Printemps du livre est un bel exemple de transition réussie », note Corinne Bernard, adjointe aux cultures. Depuis trois ans, son déplacement au Musée de Grenoble permet une vraie circulation des publics tandis qu’il s’ouvre de plus en plus à la jeunesse en accueillant des illustrateurs et des auteurs de BD.

Le Musée joue aussi la carte de l’ouverture avec la Nocturne des étudiants (prochaine édition le 29 mars) en proposant des performances artistiques dans les salles mais aussi des spectacles en extérieur.
Quant aux bibliothèques, elles ne sont jamais en reste de bonnes idées : la bibliothèque Arlequin va bientôt s’ouvrir sur le Patio et le bar Le Barathym, pour faire communiquer les deux lieux.

Des spectacles à partager

Depuis la rentrée, le Théâtre municipal est devenu un équipement à trois plateaux avec le rattachement du Théâtre 145 et du théâtre de Poche. Cette mutualisation a renforcé la place de la création locale tout en ouvrant la programmation à une grande diversité : jeune public, impro, danse, cirque, clown…

Et pour que chacun s’approprie les lieux, les temps de partage informels se multiplient : stages, répétitions publiques, conférences, balades croquées dans les coulisses… « En septembre, le projet d’établissement sera l’occasion de réfléchir à une circulation des publics renforcée en faisant le lien avec d’autres équipements », précise Corinne Bernard.

Associer les Grenoblois

Créer des passerelles et s’inscrire dans une approche transversale, c’est aussi travailler avec les partenaires. C’est pourquoi ils sont étroitement associés à la refonte des dispositifs de soutien à la création engagée par la Ville. « On s’inscrit dans une démarche de concertation permanente pour voir ce qu’il faut créer ou améliorer et l’on privilégie une approche concrète pour apporter des réponses adaptées », explique Corinne Bernard.

Les Grenoblois sont quant à eux sollicités pour les projets de proximité. Ainsi, la transformation de la bibliothèque Alliance s’élabore sur un mode participatif : après une réunion en février, des ateliers se tiendront jusqu’en avril pour réfléchir ensemble au nouveau visage du lieu… qui sera lui-même ouvert aux initiatives des habitants.

Tous en chœur !

Les Classes musicales à horaires aménagés (CHA) proposent aux élèves un enseignement musical dispensé par le Conservatoire. Mis en place à l’école Jouhaux, ce dispositif évolue à la rentrée 2017 en passant d’une dominante instrumentale (parcours découverte en CE1 puis pratique d’un instrument du CE2 au CM2) à une dominante vocale.

Dès le CE1, les élèves travailleront le chœur. Cette pratique du chant s’accompagnera d’une initiation au solfège et d’un atelier corporel (posture, respiration…). La formation vocale se poursuivra jusqu’au CM2, avec possibilité de commencer l’apprentissage d’un instrument à partir du CE2.
En invitant les enfants à chanter ensemble, c’est donc la pratique collective qui sera au centre du dispositif, favorisant ainsi le partage d’activités et les projets communs (chorale, spectacles…).

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Jardinons l’été à Grenoble