Dossiers

Accueil >Dossiers>Plus équitable et plus égale : la tarification solidaire

grenoble en transition

Plus équitable et plus égale : la tarification solidaire

La Ville de Grenoble a mis en place une tarification solidaire pour certains de ses services publics. En prenant en compte le niveau de ressources de chacun, la tarification solidaire repose sur un principe de solidarité à l’égard des personnes les plus modestes.

Le quotient familial (QF), calculé sur la base de l’ensemble des ressources d’un ménage et des personnes à charge, entre par exemple dans une formule de calcul pour une tarification adaptée. C’est le cas pour la pause méridienne, les activités périscolaires ou encore les sorties familles que la Ville organise. Pour d’autres services, la Ville tient compte de l’âge de la personne, d’une situation (handicap, famille nombreuse, retraité, Grenoblois ou non…) ou d’un abonnement. C’est aussi le cas des entrées pour les piscines, les musées ou les bibliothèques. Exemples en infographie.

Légende : (1) Activités terrestres. Tarifs forfaitaires pour 1 module durée inférieure à 1 heure (sept/mi janvier ou mi-janvier/juin) (2) Cas des sorties avec entrée payante. (3) Forfait pour une année scolaire. Personnage stylisé bleu : Quotient familial. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Anna-Sophie Olmos, conseillère municipale au contrôle de gestion

« Mieux tarifer pour mieux vivre ensemble »

Pourquoi instaurer la tarification solidaire des services publics locaux que la Ville gère ?

 

Ceci va dans le sens de l’histoire, on passe progressivement d’une justice fiscale
(à travers le sens de l’impôt issu de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen) à une justice tarifaire. Les possibilités légales de jouer sur le levier tarifaire sont de plus en plus possibles et répandues.

La Ville se saisit de cette liberté pour affiner son action sociale d’une manière plus équitable que le levier de l’impôt ne peut le permettre. Chaque usager contribue ainsi en fonction de ses revenus.

L’enjeu de pédagogie est important pour la Ville. Lorsqu’est activée une politique tarifaire sociale qui peut modifier les habitudes et la culture d’un territoire, il faut reconnaître le rôle des usagers dans cette solidarité. Dernière notion qu’il semble nécessaire de rappeler : le coût usager ne peut, dans tous les cas, excéder le coût réel pour la Ville. La tarification sociale c’est : « mieux tarifer pour mieux vivre ensemble ».

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Un mois pour se sentir mieux dans son assiette