Découvertes

Accueil >Découvertes>« Aborder l’homosexualité d’un point de vue culturel pour faire avancer la réflexion »

Interview

« Aborder l’homosexualité d’un point de vue culturel pour faire avancer la réflexion »

Philippe Vic, président de l’association qui organise Vues d’en face, le festival du cinéma international gay et lesbien, et Françoise Folliot, responsable de la programmation, reviennent sur la dimension éclectique de ce festival qui ose tous les genres.

Affiche-VDEF-15 copiePourquoi avoir créé un tel festival à Grenoble ?

Grenoble est une ville très ciblée cinéma. Elle bénéficie d’une importante programmation d’arts et essai avec le Méliès et le Club, qui est notre partenaire historique depuis le début de l’aventure. Plus généralement c’est un vivier culturel, même si le réseau LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) n’est pas forcément très développé et qu’il y a peu de lieux gays ou lesbiens.

Cela veut-il dire que vous vous adressez au grand public ?

C’est une de nos ambitions ! On essaie d’aborder l’homosexualité d’un point de vue culturel pour toucher une cible plus large et faire avancer la réflexion. C’est pourquoi depuis la 10e édition, on élargit à d’autres disciplines. Cette année un parcours d’expos invite à découvrir six artistes plasticiens qui travaillent sur les questions du genre et de l’identité. La programmation est en elle-même grand public avec des films qui ne traitent pas que de l’homosexualité, comme Matterhorn en ouverture. On propose aussi des comédies, ce qui n’exclut pas quelques documentaires plus pointus. Enfin, on s’applique à donner un autre regard par des moments d’échanges qui permettent aussi d’élargir le public. Et ça marche puisqu’en 2010, une enquête montrait que 30 % du public était hétérosexuel.

Le festival aborde-t-il des questions de société ?

C’est l’axe qu’il prend aujourd’hui et on essaie d’être un lieu de débat. Ainsi l’après-midi du 11 avril est consacrée au thème « féminisme et lesbianisme au fil des générations » avec la projection de trois documentaires. Parmi eux, Foot for love évoque les difficultés rencontrées dans le milieu du sport où, même en France, l’homosexualité demeure tabou ! La projection sera suivie d’un débat en présence des réalisatrices pour amener des questions, créer des échanges avec le grand public. Un moment d’autant plus rare qu’il est très difficile de trouver des films traitant de la question lesbienne, quelque soit le pays.

Récemment, on a beaucoup parlé du mariage pour tous…

Oui et c’est pourquoi un point fort s’articule autour de l’homoparentalité, une thématique importante qu’on souhaitait accompagner en programmant un court et deux longs-métrages dont 20 lies 4 parents and a little egg. Cette comédie des Pays-Bas devrait permettre de dédramatiser des questions qui ne sont jamais abordées sous cet angle et montrer que ça peut se vivre bien ! On accueille aussi la sociologue Irène Théry, spécialiste du droit de la famille, pour une conférence où l’on abordera la question d’un point de vue concret.

Qu’apporte la dimension internationale au festival?

Il y a de plus en plus de films sur l’homosexualité au niveau mondial, mais pas de réel dynamisme en France. On est à la traîne… comme pour les questions de l’égalité homme-femme ! En revanche, nous programmons cinq films en provenance d’Amérique du Sud où le cinéma aborde très fréquemment la question de l’homosexualité, du genre et de l’hermaphrodisme. Aller chercher des films dans d’autres régions apporte un point de vue très différent, y compris au niveau des images, et permet justement de montrer que les perceptions divergent en fonction des cultures.

informationRenseignements divers
Du 10 au 19 avril, au cinéma Le Club.
courrielhttp://www.vuesdenface.com

Vos commentaires

Commentaire de PhilGre38 le 1 avril 2015 à 7 h 27 min

Merci GreMag de vous faire l’écho de Vues d’en face, festival que je suis maintenant depuis plus de 6 ans et qui m’apporte chaque année plus de surprise et de découvertes culturelles… !

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Solid’hair

Clichés grenoblois

Cocktails artistiques