Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Chère « sauvagerie » ou le prix à payer…

Septembre 2015 / Groupe Front National

Chère « sauvagerie » ou le prix à payer…

Mireille twitter copieL’une des conséquences générées lors des campagnes électorales sont les affichages d’autocollants sur le mobilier urbain. Si la destinée d’un autocollant est d’être collée, reste à choisir le support qui une fois recouvert, présente la moindre dégradation visuelle possible, tant pour le support que pour le voyeur.

La « sauvagerie » dans ce domaine doit effectivement pouvoir trouver ses limites. Reste que le tour de force est difficile à réaliser .

Si Madame Lucille Lheureux en charge de l’espace public et de la nature en ville est parfaitement en droit de s’émouvoir de ce déchaînement agressif de propagande partisane, durant le temps d’une courte campagne, je lui rappelle que déjà en Mai 68 sur les murs de la Sorbonne il était écrit qu’il était interdit d’interdire.

La pollution sur les bâtiments publics ne date donc pas d’hier, ses amis socialistes en savent quelque chose et seront là sans doute pour le lui rappeler. Tout auteur de dégradation quel qu’il soit, doit pouvoir assumer l’entière responsabilité de ses actes et donc, doit pouvoir nettoyer la pollution qu’il occasionne.

Si le coût du nettoyage des autocollants dit « sauvages » atteint le montant de 20 000 euros, il n’y a aucune raison que ce soit le contribuable qui en supporte les conséquences financières. N’a-t-on pas pour habitude de dire que c’est le pollueur qui doit être le payeur ?

En procédant de la sorte, nul doute que l’ardeur des colleurs en serait quelque peu tempérée. Il serait intéressant de savoir si durant les dernières élections municipales, le candidat vert Eric Piolle anti pollution par excellence, qui s’est livré dans les rues de Grenoble à un marquage au sol de sa candidature, a fait supporter ou pas le nettoyage des trottoirs par le contribuable grenoblois ?

Groupe Front National – Mireille d’Ornano présidente

Courriel : mireille.dornano@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.