Actus des quartiers

Accueil >Actualités >Actus des quartiers>Confinement : à l’Arlequin, on chante aux balcons !

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): #RestezChezVous : Grenoble confinée

Covid-19

Confinement : à l’Arlequin, on chante aux balcons !

Depuis le début du confinement, les habitant-es du 170 galerie de l’Arlequin se retrouvent à leurs fenêtres pour un concert aux balcons. Dès 18 heures, des chants en chorale résonnent dans la crique sud.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 3 images

Les habitant-es du 170 galerie de l’Arlequin ne manquent pas d’imagination pour apporter de la convivialité dans la crique sud pendant le confinement.

A l’initiative d’Adeline Guéret, cheffe de chœur de la chorale Haut les chœurs, un concert participatif au balcon s’organise tous les soirs, sauf le dimanche.

Le concept s’est naturellement d’abord servi du répertoire de cette chorale fondée il y a un an. Une voisine a très vite suggéré de s’approprier les chansons en changeant les paroles.

L’idée a évidemment plu à Marie Mazille, habitante de l’immeuble, musicienne et chanteuse de profession, membre du collectif Mustradem depuis vingt ans.

Corona 170

« C’est là que j’ai écrit la chanson Corona 170 avec deux voisines, Nassima Boulghens et Catherine Harleux, et Fabrice Vigne, un ami écrivain à qui j’ai proposé de participer à la démarche », raconte-t-elle.

La chanson est un mélange entre le fait de devoir supporter une situation qui n’est pas marrante et de se serrer les coudes entre voisins.

Une fois la chanson écrite, celle-ci a été envoyée aux voisin-es par internet et déposée dans les boîtes aux lettres avec des gants.

Le soir venu, Corona 170 a résonné dans la crique sud vers les immeubles voisins.  En tout, « j’ai compté que cela touche environ 100 habitant-es ».

Un répertoire d’une vingtaine de chansons permet de varier les plaisirs. « En général, on chante Corona 170, Bella Ciao et on enchaîne avec d’autres chansons. A chaque fois, on en chante six ou sept », ajoute Marie Mazille.

Au 1er jour de la confine

Une chanson à 107 couplets est aussi en cours de création. « Au 1er jour de la confine » s’inspire de chansons traditionnelles « où l’on compte les choses, comme Alouette ou 1 km à pied. Je suis partie de l’expression Ça ne durera pas 107 ans. »

Chaque couplet raconte un aspect du confinement « dans une logique absurde » : la nourriture, le don du sang, les enseignant-es, les soignant-es, les situations familiales « cocasses ».

En tout, dix personnes gravitent autour du projet, dont l’écrivain Fabrice Vigne, le musicien Franck Argentier et la peintre Capucine Mazille, qui illustre le clip de la chanson.

Un rendez-vous artistique

La musicienne explique :

On rit de la situation en se lançant ce défi. C’est quelque chose qu’on ne fera jamais à un autre moment de notre vie, parce que là on a du temps.

Si l’on n’est pas au travail ou en télétravail, « j’encourage tout le monde à profiter de ce temps pour explorer ses capacités artistiques, dessiner, peindre, chanter… »

« Au 1er jour de la confine » est publié en ligne par saison, par groupes de couplets, au fil du temps. Certains d’entre eux sont aussi repris par les habitant-es du 170 galerie de l’Arlequin lors des concerts au balcon.

Ça permet aux gens de se retrouver lors d’un moment artistique. Ils se retrouvent, se serrent les coudes. Dans l’immeuble, il y a une solidarité assez exceptionnelle.

informationRenseignements divers
Pour suivre les différentes saisons de "Au 1er jour de la confine" :
courrielhttps://www.youtube.com/channel/UCrHhuuEEEO5kv5O45y0iSUQ

Vos commentaires

Commentaire de Norma le 12 avril 2020 à 21 h 49 min

Chez nous aussi on chante aux eaux claires … dans nos immeuble on a insufflé un vrai vent de partage et d’altruisme ! En espérant qu’on sorte tous grandi de cette épreuve

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

La Maison de l’image lance un appel à la créativité

Secteur 6 : l’association Joga se mobilise pour les plus fragiles

Radio Covid-19 Berriat : pour faire danser et chanter les voisin-es !