Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Démocratie locale : la dure réalité

Mars 2016/ Groupe Rassemblement de Gauche et de Progrès

Démocratie locale : la dure réalité

« Nous voulons que Grenoble soit la ville de l’écoute et du respect » déclarait Eric Piolle en 2014. Ces mots surprennent tant la réalité de la démocratie locale vécue par les Grenoblois est éloignée des intentions alors annoncées, et toujours affichées dans les médias, par cette équipe.

 

707185_Jerome Safar 1Empiler les dispositifs aussi intéressants soient-ils (conseils citoyens indépendants, budgets participatifs, votation citoyenne) ne suffit pas à convaincre les Grenoblois qu’ils sont écoutés et entendus. Cela ne suffit pas non plus à convaincre les médias que le laboratoire Grenoblois fonctionne encore.

Nous sommes aujourd’hui à mille lieues des incantations de 2014, « refonder la démocratie locale, replacer le citoyen au cœur de la cité et des politiques publiques ». S’il y a bien des tentatives d’expérimentation, elles se font au détriment des grenoblois peu concernés par les coups de « com » tel que l’opération « Ville de demain ».

Toutes les expressions –  celles des citoyens, des associations, des unions de quartier –  ne cessent de clairement rappeler à cette équipe « qui n’entend pas »  les besoins des Grenoblois : culture, propreté, cadre de vie, sécurité, soutien aux associations, logement, solidarité, emploi, soutien à l’économie et au commerce.

Respecter les promesses de co-construction signifie écouter tous les Grenoblois, y compris ceux qui sont d’un avis différent. Cette équipe en est incapable et l’assume: «  si cela ne rentre pas dans notre projet, cela ne sera pas pris en compte » et privilégie le « passage en force ».

Aucune co-construction, aucune consultation locale n’ont été faites sur la fin du Tricycle, sur la fin du soutien aux Musiciens du Louvre, sur la fermeture de la piscine iris à la Villeneuve, sur la suppression de la ZAC esplanade, sur la suppression de la passerelle du Pôle Gare, sur la suppression de la publicité, sur la privatisation de l’éclairage public ou d’Alpexpo, sur la future piétonisation, sur la Zone 30 généralisée…

Lassés de dénoncer les multiples parodies de concertation comme le « chantier des cultures », les « assises du commerce » ou le « projet esplanade », les Grenoblois claquent la porte et s’organisent.
Autant de désaveux pour la municipalité EELV-PG, moins de deux ans après le début de ce mandat.

Groupe « Rassemblement de Gauche et de Progrès » – Jérôme Safar Président du groupe
Contact : ps-apparentes@ville-grenoble.fr
Tél. 04 76 76 36 52 – www.grenoble-ensemble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Pour une action publique plus protectrice des habitants des bidonvilles grenoblois !

Amateurisme

Profitons de 2022 pour libérer les atouts de Grenoble