Actus des quartiers

Accueil >Actualités >Actus des quartiers>Espace 600 : « Un théâtre doit être une maison commune »

la villeneuve

Espace 600 : « Un théâtre doit être une maison commune »

Anne Courel, metteuse en scène au sein de la compagnie Ariadne, succède dès la rentrée à Lucie Duriez à la direction de l’Espace 600. Le théâtre, axé sur le spectacle jeune public, sera sa «nouvelle maison», au cœur de La Villeneuve.

Anne Courel, nouvelle directrice de l’Espace 600, théâtre orienté jeune public à La Villeneuve, Le Patio.

 © Auriane Poillet

Quel travail avez-vous mené avant de diriger l’Espace 600 ?

Je m’intéresse au lien entre les habitants et le texte de théâtre. J’ai travaillé sur cette thématique dans l’Ain, en Nord-Isère et dans la banlieue de Lyon. J’y ai découvert qu’il était intéressant de faire intervenir les habitants dès les prémices de l’œuvre. J’ai aussi expérimenté le fait que le théâtre est une maison où l’on peut à la fois créer, diffuser des spectacles et organiser des actions culturelles. En 2015, je décide avec ma compagnie de me consacrer au lien entre le théâtre d’aujourd’hui et les adolescents.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de diriger ce théâtre ?

Je peux amener mes compétences et profiter de celles de l’établissement. Dans une démarche active et participative, il s’agit de continuer à travailler sur le thème de l’adolescence, avec des spectacles faits pour, par et avec les jeunes de La Villeneuve et les habitants. Concrètement, ça veut dire que je vais apprendre à connaître les gens, faire naître des idées, écrire et créer un spectacle.

 

Comment allez-vous le faire évoluer ?

Un théâtre doit être une maison commune. Il s’agit de faire des propositions variées, pluridisciplinaires et dans la droite ligne du travail poursuivi ces dernières années. Cette maison s’intéresse à l’enfance et j’ai envie de poursuivre ce travail. Elle doit être très ancrée dans La Villeneuve, tout en entretenant des correspondances avec d’autres acteurs aux projets passionnants. Je vais beaucoup cultiver cette notion de partenariat, les renforcer et les multiplier pour réussir ce projet qui doit aussi s’inscrire dans l’histoire du lieu.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Les voix du cœur

Des collectifs insufflent une nouvelle vie à la cité

C’est l’automne, on se détend !