Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>«Gratuité des transports en commun le week-end », la fausse promesse électorale

Gre.mag n°28 - Groupe « Ensemble à gauche »

«Gratuité des transports en commun le week-end », la fausse promesse électorale

Souvenez-vous de l’engagement n° 112 : « Aller jusqu’à la gratuité des transports en commun pour les faibles revenus et les moins de 25 ans. » 6 ans plus tard, nous attendons toujours sa mise en place ! Aujourd’hui, le Maire annonce que s’il n’a pas pu la mettre en œuvre, c’est parce que « la mobilisation sociale n’a pas été au rendez-vous. Nous avons été un petit peu trop seuls à porter cette solution » et qu’une fois réélu, promis juré, il fera la gratuité… des week-ends ! Comme si la mobilisation sociale avait été un jour pour cette majorité un critère pour agir ou ne pas agir…

Les membres du Collectif pour la gratuité des transports en commun, les 4 000 signataires de la pétition Bibliothèques annulée par cette majorité en juillet  2017, les plus de 2000 signataires de la pétition contre les démolitions à la Villeneuve de juin  2018 ainsi que les 23 % de votants du RIC Arlequin apprécieront à sa juste valeur cette affirmation mensongère digne d’une cour de récré « c’est pas ma faute Monsieur, c’est celle des autres… »

Quant à la promesse elle-même, elle ne concerne en réalité que 15 % d’usagers. En effet, les abonnés annuels ou mensuels continueront à payer le week-end, puisque celui-ci est inclus dans le forfait. Peut-on encore parler de gratuité ? Que penser de l’inégalité d’accès au Service Public qu’engendrerait cette mesure entre ceux qui paieraient et ceux pour qui ce serait gratuit sans conditions ?

 

Bernadette Richard-Finot et Guy Tuscher, Conseillers municipaux

Contact : Twitter : @EAGGrenoble – Facebook : Ensemble A Gauche

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble abandonnée

Face au Covid-19, le service public fragilisé et une rentrée non préparée !

Des élu-es déjà sur le terrain pour une rentrée particulière