Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Grenoble : une terre d’accueil

Gre.mag n°38 - Groupe « Grenoble en commun »

Grenoble : une terre d’accueil

Par sa tradition et son histoire, Grenoble est une terre d’accueil pour les femmes et les hommes fuyant la misère, les persécutions ou la guerre. Le tissu associatif riche et la solidarité farouche des Grenoblois-es répondent au devoir d’humanité envers les migrant-es de tout horizon. La Ville prend une large part, là où l’État faillit, en coordonnant les efforts d’accueil et en s’organisant avec d’autres villes.

L’invasion russe en Ukraine, depuis le 24 février 2022, gonfle de jour en jour le nombre de réfugié-es. Notre commune, en lien avec les associations, les services publics de l’État et la Métropole soutient l’accueil des Ukrainien-nes fuyant l’horreur de la guerre. Nous tenons à remercier les Grenoblois-es pour leur formidable élan de générosité et leur mobilisation pour soutenir les victimes de cette guerre, mais aussi la démocratie en Ukraine et les droits humains.

Rappelons une nouvelle fois qu’il n’y a pas de bon-nes ou de mauvais-es migrant-es, que l’on ne choisit pas celles et ceux que l’on veut ou peut accueillir, que ce soit en Europe, en France et dans nos communes. Cette guerre doit nous faire prendre conscience que les personnes exilées venant d’autres pays doivent aussi bénéficier de cette même solidarité européenne, nationale, locale. L’accueil se doit d’être inconditionnel, pour les Ukrainien-nes et pour toutes celles et tous ceux qui cherchent l’asile dans notre ville.

La solidarité de tous et toutes est un rempart contre l’indifférence, un levier essentiel pour permettre à chacune et chacun de vivre dignement.

Site : grenobleencommun.fr
Contact : contact.gec@grenoble.fr

Céline Deslattes et Emmanuel CARROZ

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble terre d’accueil

Quel avenir pour les piscines municipales à Grenoble ?

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle