Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>« Grenoble accueille au mieux tous ses nouveaux arrivants… qui le lui rendent bien ! »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Grenoble, terre d'accueil

3 questions à Eric Piolle

« Grenoble accueille au mieux tous ses nouveaux arrivants… qui le lui rendent bien ! »

Mur d'escaladeQuelle place occupe l’accueil dans l’identité de Grenoble ?

Grenoble est une mosaïque : chacun apporte ce qu’il est, sa sensibilité, son parcours, ses projets, ses goûts, et tout cela dessine une communauté collective admirable ! La force de Grenoble, depuis toujours, c’est sa capacité à tisser des projets communs à partir de parcours éloignés. Cela vaut pour les étudiants comme pour tous les nouveaux arrivants.

Le Grenoble que nous aimons, et dont nous sommes tous fiers, est aussi le fruit des diasporas passées : italienne, arménienne, algérienne, chilienne, sénégalaise, etc. Loin des caricatures que, hélas, on entend ailleurs, ici cette identité plurielle nous donne l’énergie pour relever les défis à venir !

Grenoble est donc une terre d’accueil ?

Oui ! À Grenoble plus qu’ailleurs nous savons qu’ensemble, on est bien plus que la somme de nos histoires personnelles. Depuis plusieurs siècles, Grenoble a réussi à se métamorphoser grâce à l’accueil de générations de nouveaux habitants. Entre 1870 et 1970, Grenoble est passée d’à peine 40 000 habitants à… plus de 160 000 !

Chaque jour, je suis fier de voir des Grenoblois aider et ouvrir leur porte aux migrants dans la détresse. Qu’ils soient étudiants, entrepreneurs, actifs, amateurs de montagne ou migrants, Grenoble accueille au mieux tous ses nouveaux arrivants… qui le lui rendent bien !

D’où vient, selon vous, l’hospitalité à la grenobloise ?

Les atouts de Grenoble attirent : les montagnes, bien sûr, mais c’est avant tout cette envie de bien vivre la ville. Ville étudiante, ville de culture, ville accessible, ville refuge : Grenoble permet à chacun de trouver sa place et de contribuer au bien commun.

Les défis de la Ville en transition tracent un cap et donnent du sens à nos modes de vie, de circulation, de production, etc. La deuxième édition des budgets participatifs illustre cet appétit des habitants pour transformer et améliorer la ville : plus de trente projets ont été présélectionnés et environ 7 000 Grenoblois de plus de 16 ans sont allés voter pour leurs projets favoris (certains pour la première fois !).

Cette vitalité citoyenne, généreuse et exigeante, est le secret du célèbre « modèle grenoblois » !

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.