Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>Iris Arnulf : « Le principal message est U = U »

sida

Iris Arnulf : « Le principal message est U = U »

Dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le sida, Gre.mag a rencontré Iris Arnulf, psychologue et coordinatrice de l’association Tempo.

©Alain Fischer

Que fait l’association Tempo ?

On agit en complément des structures de prise en charge médicale et de prévention pour les personnes vivant avec le VIH. La première de nos missions est l’accompagnement psychologique. Il vise aussi bien les travailleur-ses du sexe que des personnes en situation d’exil.

Ils-elles sont souvent isolées du fait de la maladie et/ou de leur orientation sexuelle, victimes de discrimination et de rejet. Nous organisons aussi des ateliers : diététique, art-thérapie, esthétique, etc.

Quels sont les messages à faire passer ?

On essaie de faire passer le message U=U, qui signifie Undetectable=Untransmitable (en français indétectable=intransmissible). Une personne séropositive qui prend son traitement tous les jours et avec une charge virale indétectable ne transmet plus le virus.

Ce message permet de moins discriminer les personnes séropositives et de se sentir soi-même concerné-e : lorsqu’on n’utilise aucun moyen de prévention et que l’on ne connaît pas son statut, il faut se faire dépister.

Quelle est la part de personnes touchées par le VIH ?

Le VIH représente 6 000 nouvelles contaminations par an en France. Ce qui est positif, c’est que chacun-e peut choisir la prévention qui lui convient.

Mais les traitements avancent plus vite que les mentalités. C’est à nous de faire changer cet adage et de lutter contre les discriminations.

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.astempo.fr
courrielhttp://www.grenoble.fr/911

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Éric Piolle : « Nous avons traversé 2020 ensemble, en tenant bon sur ce qui compte à nos yeux »

Bernard Chapelet : «Ce métier me plaît car j’aime le relationnel»

Florence Esposito : «Informer est un travail qui profite à tous»