Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>La Fête des Tuiles : un événement populaire, l’échec des symboles

été 2018 / Groupe Rassemblement les Patriotes

La Fête des Tuiles : un événement populaire, l’échec des symboles

La Fête des Tuiles s’est déroulée le 9 juin dernier. Elle rassemble, chaque année, près de 200 associations et artistes qui proposent des activités attrayantes et gratuites en plein air. C’est aussi le symbole choisi par M. Piolle lors de sa campagne électorale.

M. Piolle n’est pourtant pas sans ignorer que cette « fête » est née d’une émeute violente. Rappelons que la « Journée des Tuiles » fait référence au sang des sombres années, à l’aube de la Révolution française. Ce n’est pas le symbole du peuple contre le Roy mais bien celui de la noblesse souhaitant conserver ses privilèges. Lors de cette journée, un enfant de 12 ans avait été tué.

Hormis son aspect historique sanglant, la Fête des Tuiles a eu un coût particulièrement élevé pour les Grenoblois. M. Piolle avait annoncé un coût prévisionnel de 160 000 euros pour l’édition 2015. L’ardoise s’est finalement élevée à plus de 350 000 euros en 2015, 2016 et 2017.

Récemment, une enquête relative à cette fête a été ouverte à l’encontre de M. Piolle, maire de Grenoble pour “favoritisme” lors des éditions 2015 et 2016. L’enquête est en cours. La présomption d’innocence demeure.

Cette fête devait être un symbole d’excellence de la liberté et de l’égalité. Dans une interview du journal « Place Grenet » du 31 mai 2018, M. Piolle a d’ailleurs parlé de la Fête des Tuiles comme « un événement populaire attaqué par des gens qui préfèrent ériger des murs ». Cocasse ! La société des privilèges a-t-elle été abolie ?

Décidément, le règne de M. Piolle coûte et nous questionne. Les époques se succèdent, l’histoire se répète. Je vous laisse en juger… Entre liesse et tristesse, la Fête des Tuiles est-elle toujours si sympathique ?

Mireille d’ORNANO
Présidente Groupe RP
Contact : mireille.dornano@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Que va devenir le musée de Grenoble ?

Non à la privatisation de Grenoble Habitat !

Anticiper – Agir – Évaluer – Informer Retrouver le « B.A.-BA » de l’action municipale