Dossiers

Accueil >Dossiers>Quel avenir pour le Palais des sports ?

Evénementiel

Quel avenir pour le Palais des sports ?

Au 1er janvier, la Ville reprendra la gestion directe du Palais des sports avec un objectif clair : augmenter et diversifier son utilisation. Explications.

027_Stade des Alpes
On le sait depuis juin, la Ville ne renouvellera pas la convention d’occupation du domaine public avec l’association du Palais des sports qui arrive à échéance le 31 décembre 2014. Elle souhaite en effet retrouver la pleine maîtrise de cet équipement construit à l’occasion des Jeux Olympiques de 1968 et dont elle est propriétaire. « La Ville verse à l’association 1,2 millions d’euros de subvention annuelle, alors qu’à peine une dizaine d’événements sont organisés chaque année« , rappelle Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué aux animations, événements et temps festifs. « Beaucoup de Grenoblois ne connaissent pas cet équipement ! L’objectif est que chacun puisse de nouveau accéder à cette salle historique« .

Des rendez-vous d’envergure internationale

Au 1er janvier 2015, la salle passera donc en régie directe et sera louée, la Ville se réservant néanmoins le droit d’organiser en direct des manifestations. Du coup, « le Palais sera ouvert à tous les programmateurs et organisateurs de spectacles qui le souhaitent, ce qui permettra une grande diversité des propositions et des publics. » Concerts, événements sportifs, mais aussi privés ou associatifs, la salle est donc destinée à se diversifier, ce qui ouvre de belles perspectives. En effet, le Summum peut accueillir 3 000 personnes, et jusqu’à 4 500. Avec le Palais des Sports, on peut monter jusqu’à 7 000, voire un peu plus.

Pour Grenoble, c’est donc l’opportunité de recevoir de grandes tournées, des artistes d’envergure internationale qui ne sont pas venus depuis très longtemps ! D’autant que c’est une salle couverte, où l’on peut accueillir des concerts à toute période de l’année. Et cela dans des conditions correctes pour le public : « Le Palais des Sports a la réputation d’avoir une mauvaise acoustique, mais avec le matériel actuel, les organisateurs peuvent apporter des solutions techniques appropriées« , précise Oliver Bertrand. Aucun travaux n’est donc envisagé pour l’instant, même si la Ville réfléchit à la possibilité d’améliorer le rapport scène/public pour davantage de proximité avec les artistes. Autre avantage si l’on redonne au Palais des Sports sa vocation à accueillir de grands concerts, « la possibilité d’avoir une vraie continuité dans les salles grenobloises avec des petites jauges comme Le Ciel, la Bobine, des salles intermédiaires comme la Belle Electrique et des lieux à grande capacité avec le Summum. »

Le Palais des Sports devrait du reste jouer la carte de la diversité dans le domaine sportif, en s’ouvrant au volley, au hand, au basket et au tennis, disciplines pour lesquelles il est parfaitement adapté. On peut même envisager d’y organiser du hockey sur glace sans être en concurrence avec la patinoire Pôle Sud dont la jauge est beaucoup moins importante. Trois rendez-vous sont déjà programmés pour 2015 : les Harlem Globe Trotters en avril, « Dirty Dancing » en juin, Sinsemilia en décembre. Et bien d’autres belles surprises…

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi