Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Quel avenir pour les piscines municipales à Grenoble ?

Gre.mag n°38 - Groupe « Nouveau Regard »

Quel avenir pour les piscines municipales à Grenoble ?

Les piscines remplissent 4 fonctions essentielles : permettre aux enfants d’apprendre à nager, pratiquer la natation comme sport santé, se rafraîchir l’été quand la chaleur est insoutenable et proposer des loisirs à ceux qui ne peuvent pas partir en vacances.
Depuis 2019, 2 piscines municipales sont fermées à Grenoble : les Iris à la Villeneuve et Vaucanson et les autres sont mal, voire pas entretenues. Pour la majorité d’Éric Piolle, elles ne sont plus une priorité : “Les piscines sont une aberration économique, écologique et sanitaire” a d’ailleurs indiqué une conseillère municipale déléguée. Aucun investissement n’est prévu dans les années à venir sinon dans des sortes de « mares aux canards naturelles » que l’on devine dans leur étude ahurissante sur la « stratégie piscine ».

Les clubs sportifs souffrent, les enfants des écoles n’ont plus assez de créneaux pour apprendre à nager, or la noyade est la 1re cause de mortalité chez les moins de 12 ans. Les derniers lieux de rafraîchissement sont bondés l’été. Les enfants vont-ils apprendre à nager dans les futures « mares aux canards naturelles » ?
Dans la majorité de Grenoble, quand on parle de piscine, on prend plutôt le temps de parler du burkini ! Consternant. La majorité est d’ailleurs particulièrement fissurée à ce sujet et heureusement.
On apprend d’ailleurs que les agents ont dû réaliser des tests de sauvetage avec et sans burkini. Pour esquiver une prise de position républicaine, on cherche des prétextes techniques et sécuritaires. Quelle énergie, quelle priorité ! Alors que la ligne est pourtant simple : on ne transige pas avec le principe de laïcité ; on ne transige pas avec l’égalité homme-femme ; on ne négocie pas avec le patriarcat. Et depuis quand une minorité peut-elle s’imposer à une majorité ? Donc le burkini, c’est non !
Nous demandons solennellement à la majorité de se concentrer sur les enjeux d’avenir des piscines grenobloises en sortant de ce bourbier ubuesque du burkini. Un peu de sérieux, les Grenobloises et Grenoblois méritent mieux que cela.

www.nouveauregard-grenoble.fr

contact@nouveauregard-grenoble.fr

Émilie CHALAS et Delphine Bense

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle

Grenoble terre d’accueil

Fixer un cap pour « Grenoble 2030 »