Dossiers

Accueil >Dossiers>Périscolaire : du nouveau à l’école après 16 h

rentrée 2016

Périscolaire : du nouveau à l’école après 16 h

Trois ans après la réforme des rythmes, l’accueil périscolaire évolue après 16 h pour mieux répondre à la demande des familles et des professionnels. C’est le gros changement de la rentrée de septembre.

 

 

 

702568_Fresque maternelle

La rentrée prochaine, l’accueil périscolaire après 16h, proposé dans les écoles maternelles et élémentaires de Grenoble, va évoluer. Le projet éducatif de territoire, qui fixe les rythmes scolaires pour une durée de trois ans, arrive à échéance en septembre 2016.

En vue de son renouvellement, la Ville de Grenoble a engagé depuis un an une concertation sur les rythmes de l’enfant avec tous les acteurs — Éducation Nationale, parents, associations. Après une étape de bilan et d’évaluation, un comité de pilotage en février 2015 et l’organisation des Rencontres de l’éducation en juin 2015, six réunions publiques se sont déroulées en octobre dans chaque secteur et les conseils d’école ont été parallèlement consultés. Fin janvier, la municipalité a soumis au vote des parents d’élèves deux scénarios d’organisation. C’est le scénario maintenant les horaires scolaires actuels qui l’a emporté à 64,9 % des voix, avec un taux de participation de 26,3 % (4 351 participants). La directrice académique des services de l’Éducation nationale l’a validé.

Les grandes évolutions

Les horaires scolaires ne changeront donc pas mais, en ce qui concerne le périscolaire du soir, plusieurs grandes évolutions sont à noter, à compter de la rentrée prochaine :

une offre plus lisible, avec un même format d’accueil proposé chaque soir entre 16h et 17h30 dans toutes les écoles développant, aux côtés des animations ludiques, des animations périscolaires plus thématiques (écocitoyennes, culturelles, artistiques, sportives), et conservant l’accompagnement scolaire.

À partir de 17h30, la dernière demi-heure sera consacrée au rangement et au départ des enfants. Afin de prendre en compte le rythme des plus petits, une sortie sera possible à partir de 17h en maternelle.

un élargissement de l’accueil du soir jusqu’à 18h, en réponse à la demande des parents qui souhaitaient des horaires d’accueil similaires à ceux proposés dans les autres grandes villes.

– enfin, l’accueil périscolaire, gratuit deux soirs par semaine (choisis par les parents), sera payant à partir du troisième soir en fonction du quotient familial (les tarifs seront votés lors du conseil municipal du 23 mai prochain).

« On sera dans une progressivité des tarifs similaire à celle de la restauration scolaire » précise-t-on à la Direction éducation jeunesse de la Ville. Dédiés au suivi de cette nouvelle organisation et à son amélioration, des conseils périscolaires sont créés dans chaque bassin d’écoles, composés des parents, animateurs référents, associations socioculturelles, directeurs et enseignants volontaires, élus et services de la Ville.

Ils seront réunis d’ici la mi-juin pour préparer les contenus et informer sur le nouveau dispositif, avant de se retrouver fin novembre-début janvier pour un premier point d’étape.

Ce qui ne change pas

Les horaires de l’accueil périscolaire du matin (à partir de 7h50 jusqu’à l’heure d’entrée en classe), ainsi que ceux de la pause méridienne et ceux de la garderie méridienne du mercredi (de la sortie de classe jusqu’à 12h30) restent inchangés.

Enfin, les ateliers éducatifs ne sont pas morts ! Au contraire ! Les activités proposées par les associations socioculturelles (MJC, maisons de l’enfance) et subventionnées par la Ville vont continuer (basket, danse, cirque, poterie, théâtre, ateliers scientifiques, informatique, origami…).

En chiffres

  • 60 % des écoliers grenoblois en moyenne participent à l’accueil périscolaire du soir, soit près de 8 000 enfants. Avant la réforme des rythmes de 2013, ils étaient entre 30 % et 35 % à rester à l’école après 16h30. En revanche, ils ne sont que 10 % (parmi les 60 %) à participer aux ateliers éducatifs payants.
  • 3,2 millions d’euros : c’est le budget annuel investi par la Ville pour l’organisation du temps périscolaire des écoliers grenoblois, dans lequel est comprise la contribution de l’État, s’élevant à 50 euros par élève et par an. L’accueil du soir mobilise à lui seul 390 animateurs encadrés par 75 animateurs relais ou animateurs référents, 47 ATSEM et 80 enseignants.

Témoignages

 

Matthieu Nohl, 34 ans, animateur-référent à l’école élémentaire Clémenceau

 « Une organisation plus confortable »

804337_Matthieu Nohl« Depuis la réforme de 2013, il est évident que l’on a gagné en qualité d’accueil avec des équipes stabilisées, un taux d’encadrement des enfants de un pour 18 désormais, et des postes d’animateur-référent comme le mien valorisés, à 80% ETP (équivalent temps plein) et titularisables. On a progressé en qualité des contenus aussi : les animateurs proposent de vraies activités selon leurs compétences – arts plastiques, jeux collectifs… Mais ce temps d’accueil du soir passe très vite avec les deux possibilités de sortie pour les enfants, à 17h ou à 17h30. Avec une seule sortie à 17h30, le nouveau dispositif de l’année prochaine sera beaucoup plus confortable pour les enfants, qui pourront aller jusqu’au bout de leur activité et seront moins soumis aux nombreux va-et-vient. Quant aux nouveaux conseils périscolaires, l’idée est bonne et va permettre aux parents de voir ce qu’il se passe à l’intérieur, et j’espère qu’il sera le lieu de précieux moments d’échange avec l’équipe enseignante pour une réelle continuité éducative. »

 

Jérôme Martin, père de trois enfants (grande section, CM1 et 5e), délégué des parents d’élèves dans le secteur 1, et enseignant à l’Université.

« J’attends de voir ce qui va réellement changer pour les enfants »

Jeudi 14 avril 2016 Jérôme Martin, parent d'élève. Lieu : École primaire Ampère, Grenoble. © Alain FISCHER 2016, Ville de Grenoble.

« En 2013, la mise en place des nouveaux rythmes scolaires avait été un peu chaotique, Grenoble étant la première ville de l’agglomération à s’être engagée dans la réforme. Au final, cela ne s’est pas trop mal mis en place, les équipes d’animation se sont stabilisées et la nomination d’un animateur référent a permis de mieux structurer les choses. Mais je crains que l’on essuie les plâtres à nouveau. Je n’ai pas d’attente particulière par rapport à l’organisation à venir en septembre, mais une interrogation : qu’est-ce qui va changer réellement dans l’offre proposée aux enfants ? Et une inquiétude aussi : en 2013, la fin de l’école a été avancée de 16h30 à 16h, ne permettant plus à un certain nombre de parents de récupérer leurs enfants. À la rentrée prochaine, la sortie du périscolaire pour les écoliers d’élémentaire ne sera pas possible avant 17h30. Au final, on allonge la journée des enfants à l’école et leur fatigue… »

Vos commentaires

Commentaire de Dergal delphine le 18 juin 2016 à 12 h 26 min

Bonjour

j’ai deux enfants une en maternelle et une en élémentaire (sidi Brahim) est il possible d’avoir une dérogation pour pouvoir récupérer ma fille en élémentaire à 17h car autrement cela vient encore compliqué la vie des parents qui travaillent.
cordialement
Mme Dergal

Lire la suite >

Commentaire de CALLARI le 19 juin 2016 à 11 h 46 min

Même pas un mot de honte pour ce nouvel impôt pour les familles et les gens qui travaillent d’au moins 350 € par an ! scandaleux, c’est le seul commentaire possible !

Lire la suite >

Commentaire de Brutin le 20 juin 2016 à 20 h 35 min

Bonjour,
je n’avais déjà pas apprécié l’annonce du passage en mode payant, déguisé en sondage sur le mode d’accueil.
J’apprends qu’en plus de devenir payante, la prestation devient encore plus restrictive avec une impossibilité de récupérer nos enfants avant 17h30. C’est une contrainte de plus pour les parents qui travaillent. C’est encore plus compliqué si l’on a plusieurs enfants.
Cette modification est loin d’aller dans le bon sens. Elle ne me satisfait absolument pas.

Lire la suite >

Commentaire de gaelle le 26 juin 2016 à 22 h 25 min

Bonjour,
Comment peut on avoir l audace de nous faire croire que ces changements sont faits pour le bien être de nos enfants?? On se moque vraiment de nous! On pourra récupérer les enfants de maternelle à parti de 17h alors qu’en élémentaire, ce sera 17h30. Quelle aberation pour les parents qui ont des enfants qui ne sont pas tous en élémentaires ou tous en maternelle! Cela me scandalise et à part nous faire payer qu’une simple « garderie », je ne vois pas du tout le but de cette réforme. C’est une honte de faire subir cela à nos enfants, c’est une fatigue supplémentaire pour eux et ce n’est pas aider les enfants dans leur apprentissage que de les fatiguer avec des horaires à rallonge!

Lire la suite >

Commentaire de Vivat le 28 juin 2016 à 5 h 24 min

Comment être à ce point dans la malhonnêteté : vous écrivez que ce changement, c’est pour mieux répondre à la demande des familles ? Mais quelles familles ? Pour celles qui travaillent, c’est un impôt local de plus qui coûte cher pour quatre soirs par semaine !!! Je suis surtout indignée par une sortie au plus tôt à 17h30 quand on sait qu’actuellement, la majorité des enfants sont récupères entre 17 h et 17h30. Quid du rythme de l’enfant ? Pour un jeune enfant qui entre en CPE combien c’est injuste par rapport à un enfant de GS ! J’ai vraiment honte de la politique de la jeunesse a grenoble : il nya aucune ambition éducative dans ce changement, de la simple garderie…

Lire la suite >

Commentaire de Sand le 30 juin 2016 à 16 h 49 min

Bonjour

J ai deux enfants un en maternelle l autre en primaire pour moi c est un vrai casse tête pour la rentree . Comment fait on quand on travaille ? Leurs activités ou autres rendez vous médicaux vont être encore plus compliqué si on ne peut pas les recuperer avant 17:30. Je suis scandalisée par la politique familiale de grenoble !! On paie encore selon notre quotient familial, les impôts sont assez élevés à grenoble pour qu on paie encore à côté !!! Vous nous prenez pour des vaches à lait et on est pris en otage quand on travaille!! Et dire qu on paie des personnes pour avoir des idées aussi aberantes qui vont à l encontre du rythme de l enfant et qui ne facilitent pas le quotidien des parents .

Lire la suite >

Commentaire de Françoise le 12 juillet 2016 à 12 h 05 min

Ce qui me frappe, c’est la faible participation des parents d’élèves au vote qui leur a été proposé. En effet, quel intérêt d’aller voter alors que la différence entre les deux scénarii était si infime?

Lire la suite >

Commentaire de David le 18 juillet 2016 à 11 h 53 min

Il faut inscrire les enfants avant la fin des vacances scolaires sachant que certains parents ne connaissent pas leur emploi du temps (professeurs par exemple). Les enfants ne sont pas encore inscrits à leurs activités extra-scolaires qui en général commencent début octobre. De plus, il sera impossible de modifier cette inscription entre chaque période, ici Septembre → Novembre. Nous allons donc inscrire ET payer le mois d’Octobre alors que nos enfants ne seront même pas présents au périscolaire. Cette situation se reproduira également en fin d’année car les activités extra-scolaires se terminent en général au 31 mai. Soit nous paierons en plus pour le mois de mai, soit nos enfants se retrouveront sur le trottoir en fin de classe. C’est un peu limite du racket. Encore une fois les gens qui travaillent sont une fois de plus sanctionnés. Mais c’est un privilège de travailler comme m’a dit un élu…
Ce que je trouve le plus regrettable, c’est que je vais déposer mes enfants le matin à 8h15 au périscolaire et que je ne pourrai les récupérer uniquement à 17h30 soit 9h15 de présence en milieu collectif sur 4 jours + le mercredi soit 40h de présence dans le collectif. Je me pose la question suivante : OU EST L’INTERET DE L’ENFANT DANS TOUT CELA ? De plus, ces horaires sont compatibles avec des associations sportives ? Je ne pense pas qu’un enfant de 6ans ait encore envie d’aller à la piscine, faire du judo ou autres sports. Mon avis est simplement que Grenoble est en train de faire de nos enfants des accrocs à la télévision, et obèses.

Lire la suite >

Gre-mag vous propose aussi

Capitale verte européenne : c’est parti !

De nouveaux usages sur la voie publique

Doubles expressos