Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Eric PIOLLE : « Logement social, le Privé va sauver le Public »

Hors série d'été - Groupe « Ensemble à gauche »

Eric PIOLLE : « Logement social, le Privé va sauver le Public »

À Grenoble et sa Métropole, le maire et le président l’affirment : « le Privé va sauver le service Public ! » Cette petite musique bien connue est déjà appliquée nationalement à la Santé, à la SNCF, à La Poste, à Orange, dans des partenariats Public/Privé, avec les succès que l’on sait pour les usagers !

Comment procéder pour faire prendre des vessies privées pour des lanternes publiques aux Grenoblois :

Étape n° 1 : prétendre que le bailleur social 100 % public ACTIS, va très mal. Une seule solution : le dissoudre dans la société privée-publique Grenoble Habitat.

Étape n° 2 : faire pression sur les élus, les administrateurs, les salariés, les représentants des locataires pour aller le plus vite possible.

Étape n° 3 : maintenir que cela ne change rien pour les locataires et les salariés alors qu’ils n’auront aucune garantie pérenne de représentation

Étape n° 4 : montrer qu’un seul scénario est possible, surtout ne pas faire de débat public, ne diffuser aucun document.

Étape n° 5 : affirmer que construire et vendre des logements privés à 3 500 €/m2 est le seul moyen de financer des logements sociaux. Tant pis si ça fait monter le Marché.

Étape n° 6 : objectif final, vendre ses actions de Grenoble Habitat au plus offrant privé ou public : 32  millions d’€, bingo !

Le nouvel organisme va-t-il se débrouiller tout seul ? Hé bien non, puisqu’il faudra y injecter 24  millions la 1re année et, chaque année, y rajouter 1,80 M€, sans compter les 2,10  M€ d’économies de personnel.

Sur 10 ans, c’est donc 42 Millions d’€ qui seront investis dans une usine à gaz incertaine au lieu de financer directement 165 à 190 logements sociaux/an supplémentaires.

Et quand la nouvelle crise financière annoncée comme imminente par le maire se produira, comment résistera ce modèle ?

Quel avenir pour les locataires, quelle qualité de services rendus?

A Grenoble, la politique libérale de Macron est seulement dénoncée pour y être mieux anticipée. « Grenoble, toujours un temps d’avance »… avec sa Métropole. Les majorités municipale et métropolitaine ont-elle perdu leur boussole politique ?

Bernadette Richard-Finot et Guy Tuscher, Conseillers municipaux

Contact : bernadette.richardfinot@grenoble.fr – guy.tuscher@grenoble.fr – Tribune complète sur https://eaggrenoble.wixsite.com/ensembleagauche

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Profitons de 2022 pour libérer les atouts de Grenoble

Les semaines passent et les dérives de la municipalité s’aggravent

Une année 2022 sous le signe de Capitale verte européenne