Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>Bilan, transformation de Grenoble et nouveau journal…

3 Questions à Eric Piolle

Bilan, transformation de Grenoble et nouveau journal…

« C’est un vrai plaisir de pouvoir mettre en actes une transformation de Grenoble »

illeditoemde

La nouvelle municipalité est en place depuis quelques mois.   Un peu tôt pour tirer un bilan ?

Nous sommes arrivés en avril, et il y a un enthousiasme, un souffle qui perdure. Il n’est jamais trop tôt pour évoquer ce qu’on a fait ni pour s’interroger sur ce que nous avons à faire. Les habitants continuent à nous interpeller et nous solliciter de façon sympathique. Un tiers des élus a déjà eu une expérience élective : c’est un socle solide, et d’autres personnes nous transmettent leur expérience. Pour l’administration, le changement de méthodes et de style est toujours intéressant au bout de 19 ans, avec l’équipe précédente. C’est en tout cas un vrai plaisir de pouvoir mettre en actes une transformation de Grenoble.

Cette transformation 
de Grenoble, comment la voyez-vous ?

Cela passera par une vision partagée, par le débat public. On avait l’impression que la ville s’était rétrécie, il faut l’élargir, pour que chacun se sente contributeur de l’histoire.
Nous devons à la fois répondre aux besoins fondamentaux des habitants : logement, emploi, alimentation, déplacements, santé, éducation, sécurité. Et aux grands défis du XXIe siècle : le changement climatique, les pénuries d’eau, de matières premières ou d’énergie. Il faut des solutions bonnes pour tout de suite, et pour le futur. La végétalisation de la ville par exemple est essentielle pour le changement climatique et pour la qualité de vie. Les enjeux énergétiques et du pouvoir d’achat ne reposent pas seulement sur la construction de logements neufs, mais sur la réhabilitation, créatrice d’emplois locaux.

Le journal municipal change. Qu’en attendez-vous ?

001_GRE1_COUV.inddCe n’est pas à moi de le dire, j’ai juste envie qu’il ne soit pas un instrument de propagande municipale : c’est ça le principe. Pour le débat politique, il y a un besoin, mais ce n’est pas le vecteur que l’on souhaite utiliser. Il y a d’autres endroits pour cela. L’important c’est que les Grenoblois s’y retrouvent et que le journal leur ressemble. L’important, c’est qu’il interpelle et intéresse.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi